5 traditions beauté venues de l'étranger à la limite du danger

Chargement en cours
 Les femmes de la tribu Padaung, en Thaïlande, plus connues sous le nom de "femmes girafe" allongent leur cou avec des colliers-spirale en laiton dès leur plus jeune âge.

Les femmes de la tribu Padaung, en Thaïlande, plus connues sous le nom de "femmes girafe" allongent leur cou avec des colliers-spirale en laiton dès leur plus jeune âge.

1/2
© Getty Images, ullstein bild
A lire aussi

Hélène Garçon

Aux quatre coins du monde, les femmes s'efforcent de coller aux standards beauté édictés par la société, lesquels évoluent d'un continent à l'autre. Pour atteindre ces idéaux, certaines communautés ont depuis toujours recours à des pratiques ancestrales pouvant paraître, d'un point de vue occidental, complètement étranges, voire même dangereuses.

Jusqu'alors, le seul danger que vous encouriez avec le maquillage était un coup de brosse accidentel de mascara dans l'oeil. Estimez-vous heureuse que la société occidentale ne soit pas plus exigeante en matière de beauté, et qu'elle impose des critères pouvant parfaitement être remplis à l'aide d'une simple touche de rouge à lèvres et de quelques abdos-fessiers le week-end !

Dans d'autres parties du globe, les femmes sont nettement moins bien loties en ce qui concerne leur routine beauté. Certaines d'entre elles peuvent frôler l'aberration pour les Occidentaux, tant elles mettent en péril la santé des femmes. Le site britannique beautyflash recense toutes ces techniques dans une infographie, relayée par le Daily Mail.

Le gavage forcé en Afrique de l'Ouest

Tandis qu'en Occident, la notion de "plus size" commence à peine à germer dans les mentalités habituées au culte de la minceur, les femmes obèses sont, en Afrique de l'Ouest, considérées comme de vraies déesses. Pour ressembler à leur Gisele Bündchen locale, avec des dizaines de kilos en plus, la tradition, dans certains pays comme la Mauritanie, veut que l'on gave les femmes en leur faisant ingérer jusqu'à 16 000 calories par jour, et ce dès le début de leur puberté. Le but ? Faire gonfler leurs corps comme des ballons, et tant pis pour la santé de ces femmes qui, une fois adultes, souffrent de diabète et de maladies cardio-vasculaires !

L'allongement des jambes en Chine

Quand vous enfilez vos talons aiguilles pour gagner quelques centimètres, les femmes chinoises, elles, sortent le bistouri. La taille étant un critère de beauté important dans l'Empire du milieu pour trouver un emploi, les femmes ont l'habitude de passer sur la table d'opération pour se faire rallonger les jambes. Une opération esthétique extrême, qui consiste à couper le tibia en deux afin d'y installer un dispositif permettant d'éloigner petit à petit les deux extrémités, la séparation étant comblée ensuite par la régénération du tissu osseux. Cette opération a beau être interdite en Chine depuis 2006, certaines jeunes femmes y ont toujours recours, moyennant une coquette somme pouvant aller jusqu'à 10 000 euros pour gagner en centimètres et outrepasser la loi.

Les femmes girafes en Thaïlande

Un choker (ou collier ras-de-cou) et vous vous sentez déjà oppressée, à la limite de la suffocation ? Que devraient donc dire les femmes Padaung, plus couramment connues sous le nom de "femmes girafes" ! Les membres féminines de cette tribu de Thaïlande du Nord ont pour coutume de porter autour du cou un collier-spirale en laiton, dans l'objectif d'étirer au maximum la nuque. C'est vers l'âge de cinq ans que les fillettes reçoivent leur premier collier, lequel sera remplacé au fur et à mesure de leur croissance par un modèle plus long.

Le blanchiment de la peau en Afrique

Dans certaines régions d'Afrique, plus le teint des femmes noires est clair, plus celles-ci sont jugées désirables et ont donc plus de chance de se marier ! La blancheur étant synonyme de réussite sociale dans ces pays d'Afrique, comme en Côte d'Ivoire, les femmes font tout pour ressembler à une métisse. La carnation blanche étant presque impossible à atteindre pour elles, usant et abusant de produits éclaircissants. Des produits qui peuvent être dangereux pour la peau, mais également pour la santé puisqu'ils contiennent souvent des ingrédients nocifs (mercure, corticoïde, hydroquinone), interdits dans l'Union Européenne et en Chine.

Les scarifications en Éthiopie

Si le tatouage fait fureur en Occident, en Éthiopie, c'est une toute autre forme de dessin décoratif qui séduit chez les femmes. Ces dernières se font ainsi scarifier le corps et le visage à chaque grande étape de leur existence, comme la puberté, le mariage ou encore une naissance. Ces cicatrices tendent à prouver la résistance de la femme à chaque difficulté (physique ou mentale) que lui réserve la vie. Ainsi, plus une femme est scarifiée, plus elle est considérée comme une beauté par sa tribu.

 
18 commentaires - 5 traditions beauté venues de l'étranger à la limite du danger
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]