Accidents sexuels : quand l'amour fait mal

Chargement en cours
 Lors d'ébats amoureux maladroits ou trop intenses, une blessure est vite arrivée !

Lors d'ébats amoureux maladroits ou trop intenses, une blessure est vite arrivée !

1/2
© iStock, KatarzynaBialasiewicz
A lire aussi

Fabien Gallet

Pendant l'amour, tout n'est pas toujours rose. Parfois, au lit, l'ambiance peut en effet virer au rouge. À défaut de faire du bien, quand les accidents sexuels sont de la partie, l'amour peut faire très mal.

Alors que vous approchez de l'orgasme, patatra, c'est le drame. Un cri glauque brise les bruits de respiration provenant de sous votre couette : une douleur est venue gâcher votre partie de jambes en l'air. Car oui, au lit, un accident est vite arrivé. Focus sur ces incidents qui sont loin de faire plaisir.

De la sécheresse à la déchirure vaginale

Chez les femmes, le manque de lubrification peut être fatal. En plus de provoquer des douleurs au moment de la pénétration, il peut conduire à des irritations et des brûlures qui peuvent perdurer après l'acte. Parfois, la sécheresse vaginale peut même être à l'origine d'une déchirure des parois du vagin. Très douloureuse, elle cicatrise néanmoins rapidement. Pour éviter ce genre de désagrément, mieux vaut donc miser sur une bonne lubrification, quitte à prolonger les préliminaires.

Quand les freins lâchent

Chez les hommes, le frein, ce bout de peau qui relie le gland au prépuce, est parfois très fragile, surtout s'il est court. "Avant la rupture, il y a souvent de petites érosions sur la peau, avec des petits tiraillements", expliquait Stéphane Droupy, urologue, à 20 Minutes en 2009. Un incident aussi douloureux qu'impressionnant, que l'on doit à une pénétration trop rapide et/ou trop longue. Et pour cause, il implique souvent un important saignement. Une hémorragie qu'il est possible de stopper avec un point de compression... avant un détour aux urgences pour avoir l'avis d'un spécialiste.

La fracture du pénis

Le nom peut faire peur, mais soyez rassurée : il n'y a pas fracture à proprement parler. Pour la simple et bonne raison que le sexe masculin, corps spongieux, ne possède pas d'os. Néanmoins, les tissus peuvent se déchirer au cours de l'acte. La faute à une mauvaise position - certaines seraient plus propices (Andromaque, levrette...) selon une étude brésilienne parue en 2013 -, à un emballement ou à une pression importante. En résulte une douleur intense survenant après un "crac" généralement audible et, dans les minutes qui suivent la fracture, un changement de teinte de la verge, tirant sur le bleu. Un hématome, en somme, qu'il est (heureusement) possible de soigner avec un traitement anti-inflammatoire et antidouleur ou, dans les cas les plus graves, grâce à de la chirurgie.

Quand les objets s'en mêlent

Certains accidents sexuels sont parfois liés à l'utilisation d'objets. Aux urgences, les médecins retrouvent en effet des corps étrangers dans les parties intimes de certains patients... Et pas seulement des sex-toys. Des incidents qui seraient en augmentation depuis la sortie du livre "50 nuances de Grey", selon le Washington Post qui s'appuie sur les chiffres de la Commission de protection des consommateurs.

Enfin, sachez que d'autres accidents sont susceptibles d'arriver au cours de l'acte sexuel : perte de vue temporaire, migraine voire évanouissement, dus à un orgasme trop intense ou bien à des allergies en tout genre (sperme, lubrifiant...).

 
27 commentaires - Accidents sexuels : quand l'amour fait mal
  • avatar
    mac-ourgette -

    En cas d'accident : établir un constat a l'amiable !!

  • avatar
    jyjy50 -

    c'est plus facile de garder la bouche ouverte que le bras tendu

  • avatar
    Papric -

    Et Mémère Garrido avec son barreau, un accident sexuel ?
    Oh la pauvrette !

  • avatar
    anonimius114 -

    OOOh les belles perles, si grosses soient elles, ne vous en déplaisent, j'ai déjà perdu un préservatif comme ça, il a fallu aller aux urgences un dimanche à 5 heures du matin. Pas marrant, le gynéco faisait la gueule, réveillé pour ça. Les internes se bidonnaient derrière la porte. Croyez moi, quand un patient qui s'est arraché la petite peau du prépuce dis au chirurgien :
    " docteur, c'est la première fois que je vais aussi loin"
    tout le monde dans le bloc opératoire est plié en deux.
    En sortant du bloc, le malheureux avait un pansement autour du gland et les fils de ligatures non coupés, cette poupée ressemblait à s'y méprendre a un museau de souris avec ses moustaches. Toutes les infirmières se bousculaient pour faire le pansement de cet infortuné blessé. Sacrée rigolade, c'est du vécu.

    avatar
    noircam2017 -

    A part çà c'est la surcharge dans les hôpitaux ....mes fesses oui. !

  • avatar
    amilea -

    mesdames sachez qu'il n'y a pas d'hommes impuissants il n'y a que des femmes fainéantes

    avatar
    LOLOTTE33 -

    Mais quelle mauvaise foi ! Il suffit que vous ayez pris certains médicaments pour vous soigner des pathologies pour que l'effet se fasse ressentir à ce niveau ! C'est la panne ... rassurez vous , en principe passagère , mais c'est la panne quand même !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]