Asexuels : ces personnes qui n'aiment pas le sexe

Asexuels : ces personnes qui n'aiment pas le sexe

Etre asexuel n'empêche pas pour autant d'avoir une vie de couple épanouie.

A lire aussi

Hélène Demarly

L'asexualité est l'absence d'attirance sexuelle pour les autres. Une vie sans libido et un comportement qui peut paraître étrange voire suspect, à l'heure où le sexe est omniprésent dans notre société et vu comme l'une des clés pour une vie de couple épanouie. Témoignage de Julien, asexuel, et pourtant amoureux, en couple depuis cinq ans.

Julien, 30 ans, se décrit comme asexuel. "J'ai découvert que je l'étais grâce aux médias. La sexualité m'a toujours intéressé, mais du point de vue des autres, sans doute parce que ça ne me faisait aucun effet, donc je cherchais à comprendre. Je suis tombé un soir sur une émission qui traitait des différentes orientations sexuelles, dont l'asexualité. J'ai compris que c'était ce que j'étais. J'avais 25 ans". Le jeune homme explique qu'il n'a jamais envie de faire l'amour, qu'il n'éprouve jamais de désir physique, pour personne. Mais attention, il ne faut pas penser que l'asexualité est une pathologie ou blocage lié à un traumatisme ou à une éducation trop stricte (même si certains spécialistes émettent des réserves). Pour le trentenaire, on "ne peut pas l'expliquer". "C'est naturel, au même titre que chez les homosexuels".

"Ce n'est pas un drame, on vit très bien avec"

1% de la population mondiale serait asexuelle, selon les rares études menées. Problème, l'asexualité reste une orientation sexuelle encore méconnue. Voilà pourquoi certaines personne se découvrent asexuelles très tardivement. Julien, qui en dehors de son travail, est modérateur pour le forum du site www.asexuality.org/fr/ assure que certaines personnes découvrent qu'elles le sont à 40, 50 voire 60 ans, "car c'est encore très peu connu, les gens se posent la question pendant de longues années sans savoir mettre un mot sur leur sexualité".

Comment s'aimer sans faire l'amour ?

Comment faire une croix sur le sexe, supposé avoir une place importante dans la construction de la vie de couple ? Julien, qui côtoie au quotidien des personnes asexuelles explique que "tout dépend de chacun. On peut vivre avec une personne qui n'est pas asexuelle tout en étant asexuel. Il y en a que ça ne dérange pas. L'important est d'être sur la même longueur d'onde". En clair, si l'asexuel accepte d'avoir des relations sexuelles et que son partenaire, qui a une libido, accepte d'en avoir peu souvent, alors ça peut fonctionner.

Julien, lui, n'est "pas contre une sexualité". Il a déjà eu des copines par le passé avec qui il avait des rapports sexuels, mais "elles se posaient des questions", se demandant pourquoi il n'avait jamais envie. Mais tout n'est pas aussi simple au sein des couples. Vivre avec une personne qui n'a aucune libido créé bien souvent de la frustration et de la souffrance. Et difficile lorsque l'on ne sait pas que l'on est asexuel, de pouvoir justifier ou expliquer son absence de désir pour son partenaire...

Aujourd'hui Julien est en couple avec une femme asexuelle comme lui, rencontrée sur un forum. Une relation qui dure depuis cinq ans, sans aucune attirance physique. "Nous n'avons pas de sexualité". Mais il ne s'agit pas pour autant d'un amour platonique : "On se fait des câlins, on est très tactiles, on dort nus ensemble".

 
13 commentaires - Asexuels : ces personnes qui n'aiment pas le sexe
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]