Fantasmes : faut-il en parler à son partenaire ?

Chargement en cours
 Fantasmes : est-il bon de les dévoiler à sa moitié ?

Fantasmes : est-il bon de les dévoiler à sa moitié ?

1/2
© Adobe Stock, gpointstudio
A lire aussi

Justine Fiordelli

Les fantasmes font partie de l'imagination de chacune. Mais faut-il les garder pour soi ou est-il possible d'en parler avec son partenaire ? Thierry Bunas, sexologue et analyste transgénérationnel au Centre médical Chavy à Bois, dans le Loir-et Cher, nous aide à répondre à cette épineuse question.

Fantasmes : de quoi s'agit-il ?

Les fantasmes sexuels font pleinement partie du quotidien et touchent chaque être humain, de façon consciente ou inconsciente, tout dépend. Dans tous les cas, ils peuvent "être accompagnés d'images, d'impressions, de sensations, de ressentis et d'émotions". On parle plus exactement de la "manifestation mentale d'une expérience de vie désirée, rêvée ou redoutée". Mais comment les expliquer ? Ils sont "issus du travail de la mémoire sensorielle" et peuvent émaner de plusieurs sources. De "la construction psycho-sexuelle, d'éléments glanés au cours des expériences de vie, de la confrontation aux informations autour de la sexualité et de la vie amoureuse, du modèle parental voire grand parental" ou encore d'événements plus sombres comme certains "traumatismes" ou "'fantômes' familiaux (injonctions ou interdits transmis de génération en génération)".

En parler ou non, à chacune son ressenti !

Évoquer ses fantasmes à son partenaire "dans un cadre de confiance et d'amour sera généralement un élément de jeu intime complémentaire où se dévoiler ajoutera de la confiance et de l'importance aux yeux de l'autre". Se mettre à nu peut être bénéfique si vous êtes suffisamment en confiance avec votre moitié, et vous permettre de vous essayer à "de nouveaux territoires sensoriels" qui souderont davantage votre amour. Mais si cela "induit une impression de vulnérabilité (gêne, honte, culpabilité...)", mieux vaut alors choisir de préserver son jardin secret. Attention en revanche, il est important d'avoir en tête que dévoiler l'un de ses fantasmes "n'engendre pas forcément de le réaliser". C'est là où se situe toute la nuance. En effet, "si la plupart du temps, il s'agit de nouveaux terrains de jeux ou de nouvelles pratiques intimes qui donnent un nouvel élan au couple et l'épanouissent, il arrive que certains fantasmes mettent le couple, lors de sa réalisation, dans une situation de changement, de tension voire de danger".

Quels risques cela implique-t-il vis-à-vis de son partenaire ?

Lever le voile sur ses fantasmes avec votre partenaire, c'est aussi prendre certains risques. Peut-être partagerez-vous les mêmes fantasmes, mais peut-être cela créera-t-il aussi un "heurt". Le danger potentiel majeur ? Qu'il y ait une "forme de rejet plus ou moins violent surtout si le fantasme présenté renvoie à un événement traumatique passé (même non conscient) ou bien s'il vient contrarier les valeurs et l'éducation reçues". Si vous êtes malgré tout cela prête à vous ouvrir à lui, pourquoi juger bon de lui en parler ? "Parce qu'on ne se sent pas vulnérable, parce qu'on a confiance en l'autre, parce qu'on a confiance en soi, parce qu'il y a de l'amour et de l'envie de partager", résume le sexologue.

 
15 commentaires - Fantasmes : faut-il en parler à son partenaire ?
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]