Je suis addict au sexe, c'est grave ?

Je suis addict au sexe, c'est grave ?

L'addiction au sexe : est-ce grave ?

A lire aussi

Hélène Demarly

À l'heure des rencontres éphémères, de la multiplication des sites et des applications comme Tinder qui peuvent nous faire passer d'un partenaire sexuel à un autre très facilement, le risque d'addiction au sexe n'a jamais été aussi présent. Alors êtes-vous sex-addict ? Est-ce dangereux ? Et quelles sont les solutions pour retrouver un équilibre dans sa sexualité ?

Une perte de contrôle de la sexualitéUn addict au sexe en a tout le temps envie ! Il s'agit là d'un besoin compulsif de multiplier les expériences sexuelles et de se masturber de façon frénétique, qui s'accompagne souvent d'une grande dépendance aux sites pornographiques. Une vraie pathologie qui toucherait, selon les spécialistes, 5% de la population française, aussi bien les hommes que les femmes.

Une addiction comme l'alcool ou la drogue

Laurent Karila, psychiatre addictologue, porte-parole de SOS Addictions, en donne la définition dans la très sérieuse Revue du Praticien : "l'addiction sexuelle est exactement la même que les addictions aux drogues ou au jeu, on perd contrôle. Avec des conséquences négatives sur le plan social, familial et psychologique. L'hypersexuel poursuit son comportement malgré les conséquences négatives : perte de temps, d'argent et une vie parallèle."

"Mon vagin est un coeur qui bat et qui n'est jamais rassasié"

Cette définition colle effectivement bien aux témoignages que l'on peut trouver sur les forums consacrés à l'addiction sexuelle ou à la nymphomanie. Comme celui de P. sur le forum "sexualité" de Doctissimo : "Depuis mon adolescence je n'ai qu'une obsession, le sexe. Je me masturbe tous les jours pendant plusieurs heures. Je couche avec des hommes que je connais à peine car j'ai besoin de sexe. J'ai du mal à garder un copain car je suis insatiable."Ou encore C., qui sur le forum d'entraide Dependance-sexuelle.com, qui compare son vagin à "un coeur qui bat et qui n'est jamais rassasié". Accro au sexe depuis plusieurs années, elle regarde des films X de manière compulsive : "Cela prend du temps dans ma vie. Je préfère parfois ne pas sortir pour être tranquille et mater mes sites, j'ai envie de faire l'amour tout le temps au point d'en être très irritable si je ne peux pas passer à l'acte."Des témoignages qui ne sont pas des cas isolés et qui expriment souvent une souffrance mais aussi une grande part de honte, car la dépendance au sexe reste taboue. Il est en effet encore compliqué d'oser en parler ailleurs que sur Internet.

Faites-le test !

Et vous, quel est votre degré d'addiction au sexe ? Est-ce grave ? Pour le savoir, testez-vous avec ce questionnaire mis en place par le psychiatre Laurent Karila et disponible sur le site sos-addictions.org : - Trouvez-vous que vous êtes souvent préoccupé par des pensées sexuelles ?- Cachez-vous certains de vos comportements sexuels à votre entourage ?- Avez-vous déjà recherché de l'aide pour un comportement sexuel que vous n'appréciez pas de faire ?- Avez-vous déjà heurté quelqu'un émotionnellement à cause de votre comportement sexuel ?- Vous sentez-vous contrôlé par votre désir sexuel ?- Vous sentez-vous triste après être passé à l'acte sexuellement (rapports sexuels, Internet, autres) ?Si vous répondez par oui à trois questions ou plus, il est conseillé de consulter un spécialiste pour réaliser une évaluation plus poussée.

Comment en sortir ?

Comme pour toutes les addictions, des solutions existent pour se sevrer ! Si votre sexualité vous gâche la vie, mettant notamment en péril votre couple (c'est souvent la raison principale pour laquelle les addicts finissent par demander de l'aide), sachez que prendre conscience du problème est un premier pas vers la guérison.En France il n'existe pas, comme c'est le cas aux États-Unis depuis déjà quelques années, de centre de désintoxication pour les accros au sexe (Tiger Wood y avait lui-même effectué un séjour pour soigner sa passion dévorante pour les femmes...). Mais en attendant, vous pouvez vous renseigner auprès d'un service d'addictologie et commencer une thérapie avec un psychiatre ou vous joindre à des groupes de parole comme les DASA (l'association pour Dépendants Affectifs et Sexuels Anonymes).

 
10 commentaires - Je suis addict au sexe, c'est grave ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]