L'éjaculation féminine, c'est possible !

Chargement en cours
 Le mystère des femmes fontaines est un mythe quasiment élucidé.

Le mystère des femmes fontaines est un mythe quasiment élucidé.

1/2
© Adobe Stock, George Mayer
A lire aussi

Jessica Xavier

Contrairement aux idées reçues, l'éjaculation n'est pas exclusivement masculine. Certaines femmes peuvent éjaculer. Toutefois, ce que l'on appelle "éjaculation féminine" cache une autre vérité. Zoom sur un tabou sexuel.

La femme fontaine a toujours été une source de fantasmes pour ces messieurs. Même si l'éjaculation féminine et le "squirting" ne concernent pas la majorité des femmes, ils sont bien réels.

L'éjaculation féminine, un mythe ?

Non, mais il faut savoir que si l'éjaculation féminine fait l'objet de nombreuses recherches scientifiques, elle commence tout juste à être comprise par les spécialistes. Ce que l'on a longtemps appelé éjaculation féminine, cette expulsion d'un liquide incolore et inodore par certaines femmes lors d'un rapport sexuel (qu'il y ait orgasme ou non) n'en serait pas tout à fait une. En effet, si les femmes ont une prostate, elle est bien plus petite que celle de l'homme (entre 2 et 5 g contre 30 g chez l'homme). Cette petite prostate ne serait donc pas en mesure de produire la quantité de liquide expulsée par les femmes fontaines. Ce qui fait dire au Dr Desvaux, expert ayant mené une étude sur la question, que l'éjaculation féminine existe bien, mais qu'elle est minime et pourrait passer inaperçue.

Le fluide expulsé par les femmes fontaines ne proviendrait que partiellement de cette éjaculation. Son origine principale est avant tout la vessie. Même si l'idée est loin d'être glamour, le "liquide fontaine" est un mélange d'urine et d'éjaculat provenant des glandes de Skene et para-utérales. Pour en arriver à ces conclusions, les médecins Desvaux et Salama ont dirigé une étude. Ils ont découvert qu'une vessie vide au début d'un rapport sexuel se remplissait pendant l'acte (plus ou moins selon la durée) et était à nouveau vide après ce que l'on pensait être jusqu'à présent une éjaculation. Les professionnels parlent d'ailleurs de squirting (jaillir en français) pour parler de ce phénomène. Ejaculation et squirting seraient donc deux phénomènes distincts.

Quantité rime avec plaisir ?

Qu'on ne s'y trompe pas, un squirting important n'est pas lié à un plaisir intense. C'est bien plus terre-à-terre que cela. Le volume expulsé par les femmes fontaines est tout simplement lié au remplissage de la vessie. Les femmes qui seraient gênées par ce phénomène doivent donc uriner avant le rapport sexuel pour limiter les effets.

Selon les experts, il n'y aurait pas de particularité anatomique à l'origine du squirting. Sous-entendu nous sommes toutes de potentielles femmes fontaines. Une composante importante tout de même : une capacité au lâcher-prise totale. L'éjaculation féminine est souvent associée à une forte impression d'avoir envie d'uriner et les femmes se bloquent souvent d'elles-mêmes par peur de réellement le faire. D'après de nombreuses études, une propension au lâcher-prise et une stimulation vaginale intense aideraient à atteindre le squirting souvent associé à un moment de plaisir intense. Reste encore à dépasser certains a priori pour qu'il fasse partie du jeu amoureux.

 
21 commentaires - L'éjaculation féminine, c'est possible !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]