Comment gérer le mal des transports ?

Comment gérer le mal des transports ?

Comment gérer le mal des transports ?

A lire aussi

Hélène Demarly

Pendant les vacances, le trajet peut vite devenir un enfer si l'on souffre, comme trois millions de personnes en France, du mal des transports. Nausées, vomissements, maux de tête et sueurs froides viennent alors gâcher le plaisir de ces quelques heures de voiture, d'avion ou de bateau, qui nous séparent de notre lieu de vacances. On fait le point sur les solutions qui existent pour lutter contre.

Le mal des transports ou cinétose s'explique par un problème de synchronisation entre la vue et l'appareil auditif (qui non content de nous permettre d'entendre, règle aussi notre équilibre grâce à de nombreux capteurs sensoriels). L'oreille interne perçoit des mouvements que les yeux ne peuvent pas voir, envoyant alors des signaux contradictoires au cerveau et entraînant un mal être physique chez les personnes les plus sensibles, notamment les enfants. Heureusement, il existe plusieurs astuces pour passer un voyage agréable.

Des réflexes simples à adopter

En voiture

Pour éviter d'être patraque, on vous conseille de vous asseoir sur le siège avant, de ne pas lire et surtout de ne pas passer la moitié du trajet les yeux rivés sur votre téléphone. Au contraire, mieux vaut regarder vers l'horizon et dans la direction du voyage.

L'autre réfléxe à adopter est d'orienter les sources d'air vers le visage : fenêtre ouverte ou climatisation. Evitez aussi de manger gras ou trop copieusement avant de monter en voiture, même s'il ne faut pas non plus faire la route le ventre vide. La sensation de faim a en effet tendance à aggraver la situation. Les laitages et les oeufs sont aussi à bannir avant ou pendant le trajet, de même que le tabac et l'alcool.

Pour réduire la cinétose, mieux vaut mâcher quelque chose, comme un chewing-gum, ou prendre du gingembre, très efficace contre les nausées et vomissements : séché, frais (râpé dans du thé par exemple) ou encore sous forme de bonbons ou capsules.

Sur un bateau

Il est préférable de se placer au centre qui est l'endroit le plus stable et où l'on ressent le moins les mouvements. Pareil qu'en voiture, il est conseillé de fixer l'horizon ou la côte. Dès que les premiers symptômes se font sentir, n'hésitez pas à aller prendre l'air sur le pont.

Dans le train ou l'avion

Pour un trajet ferroviaire, pensez à vous installer dans le sens de la marche. Dans les airs, il vous faut en revanche privilégier les places situtées au milieu de l'appareil. Peu importe le moyen de transport utilisé, lorsqu'il fait nuit ou qu'il n'y a pas de fenêtre extérieure, il est conseillé de fermer les yeux et de se reposer pour atténuer le mal au coeur.

Les autres solutions

Respirer de manière lente et profonde aide à se détendre et à faire passer l'envie de vomir. Pour lutter contre le mal des transports, d'autres techniques dites de relaxation sont jugées efficaces :

L'acupuncture et notamment les bracelet anti-nausées qui, grâce à une petite boule en plastique faisant pression sur un point situé à l'intérieur du poignet, aident à réduire le mal au coeur. Ce dispositif peut être utilisé dès trois ans chez l'enfant.

Les huiles essentielles de menthe poivrée, de citron et de lavande sont un bon remède : on en dépose quelques gouttes sur un mouchoir que l'on respire. Attention, elles sont déconseillées chez les enfants de moins de six ans et chez les femmes enceintes.

Les médicaments homéopathiques comme Cocculine, Tabacum ou Petroleum. Ces traitements agissent en prévention, il faut donc essayer d'en prendre dès la veille du départ ou une heure avant le début du trajet.

Enfin, si vos nausées sont vraiment handicapantes, demandez conseil à votre médecin qui pourra vous indiquer des traitements sur ordonnance, comme des antihistaminiques et de la scopolamine.

 
1 commentaire - Comment gérer le mal des transports ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]