AVC : ces symptômes qui doivent alerter

Chargement en cours
 Près de 150 000 accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont dénombrés chaque année en France.

Près de 150 000 accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont dénombrés chaque année en France.

1/2
© iStock, PeopleImages
A lire aussi

Fabien Gallet

Selon le ministère des Solidarités et de la Santé, l'accident vasculaire cérébral (AVC) est la deuxième cause de mortalité en France (troisième chez les hommes). Il est toutefois possible de prévenir ce genre d'attaque cérébrale qui touche environ 150 000 Français chaque année.

L'AVC, qu'est-ce que c'est ?

L'accident vasculaire cérébral relève d'un problème lié à la circulation du sang dans le cerveau. Ce dernier est souvent dû à la formation d'un caillot de sang (thrombose) bouchant une artère. On parle alors d'accident ischémique. L'AVC peut aussi découler d'un accident hémorragique provoqué par la rupture d'un vaisseau. Ce dysfonctionnement de la circulation sanguine empêche le transport des éléments nutritifs et de l'oxygène dont ont besoin les cellules cérébrales pour vivre, ce qui peut provoquer de graves séquelles.

Des séquelles plus ou moins importantes

L'AVC peut en effet être transitoire (on parle d'accident ischémique transitoire) et sans séquelle, ou au contraire source de graves lésions voire de décès. Lorsqu'il ne conduit pas à la mort, il peut provoquer une aphasie (un trouble du langage affectant l'expression ou la compréhension du langage parlé ou écrit) ou une hémiplégie (paralysie d'une ou plusieurs parties du corps d'un seul côté), plus ou moins sévère. À noter que chacun n'aura pas les mêmes chances de récupération des capacités cognitives et physiques. Outre le risque d'un nouvel accident, les individus touchés peuvent aussi devoir faire face à d'autres problèmes de santé : dépression, démence, crises d'épilepsie...

Des signes souvent annonciateurs

Parmi les signes avant-coureurs trois principaux sont généralement de mise : la paralysie d'une partie du visage avec déviation de la bouche (il peut également s'agir d'un engourdissement), des problèmes d'élocution lorsqu'il s'agit de s'exprimer (difficulté pour trouver ses mots) et enfin une perte de force ou de motricité d'un des membres (inertie d'une des jambes, des bras, voire hémiplégie totale). D'autres symptômes peuvent apparaître notamment une perte visuelle, des maux de tête importants ou des troubles de l'équilibre.

Comment réagir ?

Si ces symptômes interviennent, qui plus est au même moment, il convient d'intervenir au plus vite. Dans le cas d'un AVC, le temps est précieux. Il faut donc appeler le 15, numéro du SAMU, et ce même si les signes ont disparu. Selon les conseils de la Direction générale de l'organisation des soins, si vous voyez une personne qui présente ces problèmes de santé, il convient de l'allonger, de noter l'heure à laquelle les symptômes ont commencé, ne pas la faire boire ni manger et ne lui donner aucun médicament. Mieux vaut laisser les urgentistes lui administrer les bons traitements.

Peut-on limiter les risques ?

S'il n'est évidemment pas possible d'échapper à un AVC, il est toutefois envisageable de limiter les facteurs de risque. Au gré de diverses campagnes préventives, les spécialistes pointent du doigt l'obésité, la consommation d'alcool et de cigarette, ou encore le diabète et le cholestérol comme des éléments favorisant les accidents vasculaires cérébraux.

 
14 commentaires - AVC : ces symptômes qui doivent alerter
  • avatar
    verdi41 -

    Oui , les chu ne sont plus cequ' ils étaient , manque de p ersonnels qui entraine absence d' attention de soins rapides ,et parfois carrémment de l' incompétence
    il faut faire des économies , solution diviser par 2 les parlementaires , de même pour leur salaire et le tour est joué !

  • avatar
    NAMUR -

    L' A V C au lever, plus aucun repère, totalement inconsciente vite le 15 sans réfléchir et départ directe aux Urgences même si ça peut paraître une fausse Alerte il vaut mieux être ridiculisé qu'un légume sur un lit ; si ce sont les pompiers qui arrivent demandez leur qu'ils partent immédiatement aux urgences, vous éviterez des graves séquelles croyez moi en ce qui me concerne ce sera désormais ma réaction !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    avatar
    langouste -

    une femme a nantes vient de gagner son procès contre le samu .
    il y a quelques années victime d'un avc elle a contacté le 15
    elle avait du mal a s'exprimer .
    son interlocuteur a pensé quelle avait bu et lui a conseillé d'aller dormir
    elle a réussie a se trainer péniblement chez ses voisins
    mais un temps précieux a été perdue .

  • avatar
    NAMUR -

    Mon épouse a fait un A V C , je vous conseil d'appeler le 15 immédiatement les pompiers font ce qu'ils peuvent mais leurs contrôles sur place font perdre beaucoup de temps, vous avez 4 heures maximum, le samedi elle entre aux urgences, et qu'elle ne fut pas ma surprise d'apprendre que le C H de .........voulait la faire sortir le dimanche à 16 h alors qu'elle ne pouvait pas tenir sur ses jambes, c'est honteux un tel comportement des médecins urgentistes, je me suis opposé à cette sortie et mon épouse a été transféré en médecine , mais sans aucune attention particulière et on à l'audace de dire qu'en FRANCE on est bien soigné c'est faux, sauf pour les personne importantes!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • avatar
    Cosmosamoelle -

    Tristes réactions insultantes sur quelques traits d'humour qui ne le méritent pas. Je ne pense pas que leurs auteurs ignorent ce fléau, qui doit être médiatisé pour une détection et une prise en charge très rapide. Le temps est compté, tout le monde devrait le savoir et ce n'est pas le cas, en France on est très en retard même si on progresse. Maintenant s'il n'est plus possible de détendre aussi l'atmosphère avec un peu d'humour, on jette Baffie, Guillon et consort à la poubelle aussi, ceux qui insultent n'avez-vous déjà pas une fois ri sur une de leurs répliques par exemple ?... Vous avez été insulté ainsi ? J'ai un ami proche qui a été victime d'un AVC il y a 12 ans, c'est terrible. Il continue à vivre, il continue à rire, aussi...

    avatar
    electro -

    Quand on a vécu des choses qui vous font passer tout près de l'au delà, et que vous vous en sortez, on peut rire, rire, rire, de presque tout...... car on vit à fond les ballons, on apprécie la vie. L'humour nous fait du bien. Vous avez raison.
    Bon soirée.

    avatar
    langouste -

    cet avc m'a mise a terre
    j'avais plein de chose a faire plein de projets dans ma tete
    la suite se battre réapprendre a vivre avec ce handicap
    sachant que plus jamais rien ne seras comme avant
    peut etre et sans doute je ne pourrais plus jamais faire de
    vélo avec mes fils etc.....
    alors oui le rire est une formidable thérapie ;
    belle journée a vous .

  • avatar
    gigi10 -

    Article sans intérêt, plein de platitudes !!

    avatar
    Pat74000 -

    A 8h00 hier soir,gigi10 nous a balancé sa science,a bu sa tisane et a été se couché.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]