Problèmes d'élocution : que faire ?

Chargement en cours
 Les troubles de l'élocution peuvent avoir des conséquences gênantes dans la vie sociale et professionnelle.

Les troubles de l'élocution peuvent avoir des conséquences gênantes dans la vie sociale et professionnelle.

1/2
© iStock, Steve Debenport
A lire aussi

Christian Pambrun

Les troubles de l'élocution peuvent être extrêmement difficiles à vivre. Isolation, gêne sociale, problèmes au travail... les conséquences sont nombreuses et souvent lourdes et assumer. Quelles solutions existent ?

Ne plus pouvoir parler ou trouver ses mots, ne plus les prononcer correctement, et s'exprimer avec difficulté à chaque prise de parole sont autant de troubles de l'élocution possible. Derrière ce terme général se cachent des nuances médicales qui dépendent des symptômes et de la gravité du problème.

Des conditions et causes variées

Les troubles de l'élocution et leurs causes (physiques, cérébrales ou neurologiques) sont très variés. Le problème le plus connu est sans doute le bégaiement, c'est-à-dire le trouble du débit de l'élocution (répétitions syllabiques et blocages). La dysarthrie provoque des problèmes d'articulation dus à une atteinte des organes de la parole ou du cerveau, tandis que l'apraxie bucco-faciale est causée par des troubles des muscles et organes de la bouche. Ces conditions diffèrent chez les adultes et les enfants, chez qui ils sont souvent le symptôme d'un retard dans l'acquisition du langage. Chez l'adulte, il faut être extrêmement vigilant si des difficultés d'élocutions surviennent brusquement, surtout chez des sujets âgés : elles sont souvent l'un des principaux symptômes d'une atteinte neurologique ou d'un accident vasculaire-cérébral, et nécessitent une prise en charge médicale urgente. Certaines maladies, comme la maladie de Parkinson, provoquent des gênes d'élocution.

Comment y remédier ?

Il faut d'abord éliminer tout facteur extérieur qui pourrait venir troubler la parole : l'alcool et certains médicaments peuvent diminuer les fonctions du langage. Il s'agit ensuite de consulter un médecin généraliste ou spécialiste, comme un orthophoniste, afin de poser un diagnostic. Les cas les plus graves, comme l'aphasie ou la dysphonie spastique, nécessitent l'aide et la patience de l'entourage. Certains équipements électroniques peuvent être utilisés afin de se substituer à la parole perdue. Dans le cas d'un AVC, la rééducation sur le long terme est le meilleur traitement possible. Les troubles vocaux moins graves requièrent repos de la voix et d'éliminer toute substance (caféine, médicaments) pouvant aggraver les maux. Les personnes atteintes de dysphonie spasmodique peuvent parfois avoir recours à des injections de toxine botulique dans les cordes vocales afin d'en éviter les spasmes. Les exercices d'orthophonie peuvent contribuer à venir à bout des problèmes physiques de l'élocution en améliorant le contrôle des muscles vocaux et en renforçant les cordes vocales. Enfin, en fonction de la gravité de la situation et des recommandations du médecin, pratiquer des activités comme le théâtre ou le chant peut être bénéfique pour certaines personnes ayant besoin d'améliorer leur diction ou de vaincre la peur de parler en public, qui peut avoir des conséquences négatives sur l'élocution.

 
0 commentaire - Problèmes d'élocution : que faire ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]