Tout savoir sur le syndrome du choc toxique

Chargement en cours
 Le syndrome du choc toxique peut être mortel.

Le syndrome du choc toxique peut être mortel.

1/2
© Adobe Stock, LIGHTFIELD STUDIOS
A lire aussi

Hélène Demarly

Maladie infectieuse rare mais grave, le syndrome du choc toxique (SCT) serait en recrudescence. De quoi s'agit-il exactement et comment l'éviter ?

Comment l'attrape-t-on ?

Le syndrome du choc toxique est causé par le staphylocoque doré. Une bactérie qu'environ 30 à 50% de la population possède (chiffres de l'institut Pasteur) sans qu'elle ne soit pour autant dangereuse. Cependant, porter un tampon ou une cup de manière prolongée pourrait bloquer cette bactérie au niveau du vagin (le fluide menstruel reste coincé). Ce qui entraîne sa multiplication et la prolifération de toxines dangereuses dans le reste de l'organisme, qui peuvent s'attaquer, dans les cas de SCT les plus graves, aux organes comme les reins, les poumons, le foie et le coeur. Pour faire face à ces toxines, le corps privilégie les organes vitaux et le sang afflue alors moins au niveau des extrémités. Ainsi, certaines femmes ont eu les bouts des doigts ou le nez qui se nécrosent ou ont même dû être amputées (Lauren Wasser, une jeune mannequin, a notamment perdu une jambe en 2012) et au moins une autre en est morte.

Comment l'éviter ?

Après avoir cru pendant plusieurs années que les tampons favorisaient le choc toxique, une étude du Centre National de Référence des Staphylocoques basé à Lyon, publiée le 4 juillet 2017, a démontré qu'en réalité, aucune protection ne favorisait la fameuse toxine qui déclenche le choc. L'étude recommande malgré tout de ne pas porter un tampon ou une cup plus de 6 heures (comme c'est déjà noté dans les notices d'utilisation) pour éviter que les bactéries ne prolifèrent. De même, selon eux, les résultats "permettent de dire qu'il est préférable de ne pas utiliser les coupes pendant la nuit et pendant plus de 6 heures au même titre que les tampons". D'autres conseillent aussi d'éviter si possible les tampons pour flux abondants qui retiennent beaucoup de sang. Mieux vaut ne mettre que des tampons adaptés, nul besoin de super-absorbants si vous êtes à la fin de vos règles.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes qui doivent alerter sont fortement similaires à ceux d'une grippe ou d'une forte gastro : fièvre élevée, tension basse et étourdissements, vomissements et/ou diarrhée, muqueuses enflammées, douleur musculaire et éruption cutanée faisant penser à un coup de soleil.

Quel est le traitement ?

Dès l'apparition des premiers symptômes, la première chose à faire est d'enlever rapidement le tampon ou la cup. Rendez-vous ensuite chez le médecin ou aux urgences. La prescription d'antibiotiques permettra alors de détruire la bactérie avant qu'elle ne prolifère davantage.

Une maladie en augmentation ?

Alors qu'en 1990, aucun cas de SCT n'avait été recensé, cinq cas ont été déclarés en 2004, 19 en 2011 et 22 en 2014. Les raisons restent floues quant à l'augmentation de cette maladie et il pourrait simplement s'agir du fait qu'elle est aujourd'hui mieux connue des médecins et personnels de santé. Pour en savoir plus, les Hospices Civils de Lyon ont lancé une grande collecte de tampons usagés afin de mieux comprendre la maladie, les résultats finaux seront publiés d'ici quelques mois.

 
0 commentaire - Tout savoir sur le syndrome du choc toxique
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]