Comment échapper au blues du dimanche soir ?

Comment échapper au blues du dimanche soir ?

Quelles sont les astuces pour enfin aimer le dimanche soir ?

A lire aussi

Hélène Demarly

Le week-end touche à sa fin et vous vous sentez d'un coup envahie d'une montée d'angoisse. La boule au ventre, vous déprimez gentiment et angoissez à l'idée de la semaine qui pointe déjà le bout de son nez... Comment vaincre ce cafard du dimanche soir ?

Ce mal-être pré-lundi matin est ressenti par près de la moitié de la population (45% selon l'étude mondiale du site Monster.com de 2015). Un mélange de mélancolie et de stress, dû à ses deux jours de repos qui se terminent, avec parfois l'impression de ne pas en avoir assez profité et l'angoisse de la semaine qui se profile. Vous réalisez que vous n'avez pas fait ce que vous aviez prévu pendant le week-end et vous redoutez déjà toutes les tâches qui vous attendent au bureau... Pas de panique, voici cinq astuces qui peuvent vous aider à profiter enfin de votre dimanche soir.

Anticipez la semaine à venir

Le vendredi, essayez de finir votre travail à temps. Pas la peine de quitter le bureau le plus vite possible, si vous savez très bien que vous allez arriver stressée le lundi parce que vous n'aurez pas préparé la réunion de 10h. En mettant tout en ordre le vendredi soir, vous vous déchargez d'une dose de stress non négligeable. N'hésitez pas non plus à anticiper en prenant quinze minutes le vendredi pour commencer votre to-do list de toutes les tâches que vous aurez à effectuer la semaine suivante, cela vous aidera à visualiser ce qui vous attend.

Faites-vous plaisir et détendez-vous

Plus vous apprécierez votre week-end, moins vous serez nostalgique le dimanche soir. Vous n'aurez pas l'impression d'avoir perdu votre temps. Alors soyez prévoyante et faites une liste pendant la semaine des choses que vous avez envie de faire le week-end. Expo, restau, ciné, verre entre amis, shopping, cuisine en famille... La liste est longue et le plus important est de vous faire plaisir ! Mais pas la peine de trop remplir votre emploi du temps, gardez-en aussi pour ne rien faire et vous reposer.

Organisez votre week-end

Commencer la mise en route des lessives et les devoirs du petit dernier le dimanche soir est, sans doute, une mauvaise idée si vous souhaitez réussir à profiter de vos derniers instants de repos. Il ne s'agit pas de vous prévoir un planning détaillé des corvées, seulement de les commencer plus tôt dans le week-end, pour ne pas vous retrouver avec toutes ces tâches ingrates à accomplir à la dernière minute.

Prévoyez une activité du dimanche soir

S'occuper l'esprit est le meilleur remède pour éviter de déprimer. Alors bougez ! Un peu de sport, de jardinage, de jeux avec vos enfants, une grande balade... S'aérer l'esprit est l'une des meilleure solution pour éviter les angoisses de la semaine à venir en augmentant votre taux d'endorphine. En prime, cela vous aidera à passer une bonne nuit. Organisez votre dimanche soir : un plateau-repas devant un film en famille, une séance de méditation, une soirée jeux entre amis... Pour en faire une soirée attendue et arrêter de le considérer seulement comme la fin du week-end.

Pensez positif

La plupart des gens vivent le même sentiment que vous le dimanche soir. Alors plutôt que d'être négative, de vous disputer pour des questions de ménage ou papiers mal rangés avec votre compagnon, dédramatisez, décompressez et relaxez-vous ! Vous pouvez aussi vous créer une "liste de gratitude" qui vous permet de faire l'état des choses (pas plus de cinq) qui vous ont fait du bien pendant le week-end.

 
62 commentaires - Comment échapper au blues du dimanche soir ?
  • foskifo -

    C'est simple, écoutez du jazz !

  • Me-Love-You -

    Bonjour la compagnie des frappadingue....!! ;-)

    Pour moi le post de vaudaine est claire......il dis que les métiers dits intellectuels..connaissent plus le blues du dimanche soir...et que les manuels BTP; usines etc etc eux ne connaissent pas se blues du dimanche..parce qu'ils n'ont pas le temps de penser à ça..!! ;-)
    C'est comma ça que je le traduit.....!

    Musu

  • vaudaine -

    cette appréhension concerne surtout les travailleurs dits intellectuels, écoliers, étudiants employés de bureau; en effet, leur travail est représenté par des casse-tête à résoudre, donc de la fatigue mentale, alors que pour les métiers plus manuels, il y a moins de stress mais de la fatigue physique.

    Louison -

    Bonjour Ver2. J'ai travaillé en usine et également en bureau plus tard et bien j'ai préféré l'ambiance usine avec des collègues qui se serrent les coudes, à celle des bureaux où c'était chacun pour soi et les commérages et jalousies féminines. Malheureusement ce n'est plus réservé au sexe féminin, les hommes entre eux ne se font pas de cadeaux non plus. A l'usine c'était travail à la chaîne et j'étais inexpérimentée ce qui était gênant. Des collègues en avance me prenaient quelques pièces à souder et après les avoir travaillées les remettaient dans ma corbeille. Cette usine très importante ici est fermée définitivement ce qui a provoqué beaucoup de chômage; Je penses que l'époque actuelle monte les gens les uns contre les autres. Bonne journée Vert2.

    Louison -

    Bonjour Zen, c'est exact que l'usine c'est pas cool surtout 2 ou 3 x 8 et en effet, il y a des clans, mais j'ai eu la chance de rencontrer des bonnes personnes à qui il m'arrivait de rendre service (documents à remplir ou lettre à rédiger). Et puis cela n'a duré que 3 ans et je comprends que si c'est pendant des années ce doit être lassant.
    Bonne journée

  • huggui -

    Une bonne balade au bord de la mer ou en montagne si on peut rien de tel !

  • templier29 -

    formidable le weekend pas de portable, ce courrier et personne pour vous casser les pieds, le paradis, quel bonheur d'être seul sans marmot et de n'avoir de compte à rendre à personne, pas de famille, d'association ou de syndicat pour vous pourrir la vie!

    maeckel10 -

    Oui, ca limite les complications futiles et sans intérêt. Vivre seul n'est pas vivre malheureux: je suis plutôt un mâle heureux de ne pas être formaté a des convenances bidon et des mises en scène de bonne humeur entouré de faux-cul et d'artifices de thèatre . Se justifier , se comparer, être "au top", est usant . Carpe-diem ... demain est un autre jour. Un attirail de complications sont proposées actuellement pour vous... pourrir la vie : sites de rencontres, clubs, assoc's, platefomes, planètes et autre mirages a 2 balles . Le bonheur , la solitude sont des états d'âme . Les cliques ,les meutes, les groupes : "le pluriel ne vaut rien a l'homme" ! (Brassens) SANTE-BONHEUR !

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]