Roller derby : le sport girl power !

Chargement en cours
 Une jammeuse en action.

Une jammeuse en action.

1/3
© DR, JBS
A lire aussi

Hélène Demarly

Venu tout droit des États-Unis, le roller derby est un sport à roulettes de plus en plus populaire en France, où les clubs poussent comme des champignons. Mais pourquoi ce sport de filles, fait par les filles, passionne-t-il autant ? Rencontre avec les joueuses des Lutèce Destroyeuses pour mieux comprendre !

Un sport qui ne ressemble à aucun autre

Elles se font appeler Wheelverine, Track'N'Slash, La Patronne, Frangie Pain, Suzie Q. Pendant les matchs, elles portent des leggings multicolores, avec un motif licorne, des bas résilles, des mini-shorts à paillettes, et pas mal de maquillage. Elles sont toutes équipées de patins à roulettes, de casques, de protections pour les coudes, les genoux, les mains et les dents. Voilà à quoi ressemble, vu de l'extérieur, l'univers du roller derby. Il s'agit là d'un sport d'équipe féminin apparu aux États-Unis dans les années 1930 et devenu populaire en France grâce au film Bliss[/MOVIE REST] de Drew Barrymore,sorti en 2010.

Le roller derby est une discipline qui assume fièrement son côté girl power, même si les garçons peuvent occuper des fonctions de coach ou d'arbitre et si certaines ligues sont exclusivement masculines. Lucile, joueuse et arbitre au sein de la ligue parisienne des Lutèce Destroyeuses dit par exemple s'être ouverte à la cause féministe grâce à ce sport : "Parce que certaines joueuses sont très impliquées, militantes et qu'elles m'ont ouvertes un peu plus l'esprit". Un sport qu'elle adore pour son côté collectif mais aussi parce qu'"il n'y a pas de jugement physique, tout le monde peut y arriver." Elle en est la preuve, elle qui faisait partie de "la catégorie des filles qui étaient dernières en sport à l'école" et qui pourtant aujourd'hui, se retrouve en plus des entraînements trois fois par semaine, à se motiver à faire des exercices seule chez elle.

Un sport de casse-cou

Derrière un folklore, qui tend d'ailleurs à se perdre au fur et à mesure que la discipline se professionnalise, le roller derby reste un vrai sport avec des règles bien établies (son règlement est d'ailleurs long de 70 pages) par la WFTDA, la fédération américaine à laquelle sont rattachées les joueuses françaises.

Chaque équipe se compose de trois "blockeuses", d'une joueuse pivot et d'une jameuse (attaquante). Les matchs se déroulent en deux périodes de 30 minutes chacune, avec des sessions (des "jam") de deux minutes où l'attaquante doit franchir le block de joueuse de l'équipe adverse. Et pour réussir, tous les coups (ou presque) sont autorisés : on peut frapper l'adversaire aux épaules, côtes, hanches et plexus avec les épaules et les hanches. D'où des bleus inévitables, des chutes nombreuses et des fractures fréquentes.

Pour aimer le roller derby, mieux vaut donc ne pas avoir peur, ni de prendre des coups ni d'en donner ! Et la forme physique n'a rien à voir là-dedans. Lucile explique : "J'ai vu une championne de France d'athlétisme donner un coup de coude dans le nez d'une autre joueuse sans faire exprès. Elle ne s'en est jamais remise et n'est restée que deux entraînements !"

Le do-it-yourself est roi

Seul problème, le roller derby reste un sport assez méconnu et puisqu'il est féminin, n'attire que peu le public. Du coup, "c'est la galère niveau financements" explique la jeune femme, car l'équipe Les Lutèce Destroyeuses est une association qui ne reçoit aucune aide. C'est donc la débrouille pour se payer les allers-retours pour les compétitions en province dont le financement se fait à base de vente de gâteaux, de boissons et de merchandising lors des matchs. L'entraide et le partage prennent alors une part importante et les différentes ligues (équipes) s'entraident lors de bootcamp où les meilleures joueuses coachent les autres.

Le roller derby est donc un sport qui demande un investissement personnel important. Mais cela ne semble pas poser problème à ces filles, pour qui c'est avant tout une passion. Claire, la capitaine, résume ainsi : "Quand on mord dedans, c'est pour toute la vie ! Je n'ai qu'un regret, ne pas avoir commencé plus tôt !" Vous l'avez compris : à vos patins !

 
2 commentaires - Roller derby : le sport girl power !
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]