5 choses que vous ignoriez peut-être sur les frites

Chargement en cours
 Les origines de la frite restent encore aujourd'hui troubles.

Les origines de la frite restent encore aujourd'hui troubles.

1/2
© iStock, Miroha141
A lire aussi

Fabien Gallet

Servies avec steaks, poissons ou moules, elles sont sans conteste l'un des accompagnements les plus répandus dans la cuisine populaire. Les frites peuvent toutefois réserver quelques surprises. La preuve par cinq.

Des origines qui font débat

Les Français et les Belges se disputent depuis des décennies sa paternité. En France, il faut remonter au XVIIIe siècle pour voir les prémices de ce qu'on appelle alors la "pomme frite Pont-Neuf", inventée par des marchands peu après la Révolution, ce qu'expliquait à l'AFP l'historienne Madeleine Ferrières en 2012. Pour les Belges, la frite vient de Namur où elle serait née sur les bords de la Meuse qui, gelée au cours d'un hiver des plus rudes au milieu du XVIIe siècle, ne permettait plus aux paysans de pêcher de menu fretin à faire frire. Ces derniers se seraient alors tournés vers la pomme de terre.

Manger des frites rendrait heureux

Si d'un point de vu nutritionnel, la frite n'est pas le plat diététique par excellence, elle serait source de bonne humeur selon une étude commandée par le Potato Council en 2010 en Angleterre. Mike Green, spécialiste de la psychologie alimentaire, avait demandé à 60 hommes et femmes de regarder un film de cinq minutes sur Hiroshima. Après visionnage, la moitié des sondés pouvait lire un magazine tandis que l'autre moitié pouvait déguster une assiette de frites. Suite à un questionnaire d'humeur, les résultats étaient sans appel : les cobayes ayant mangé des frites se sentaient mieux moralement. "Cela peut être dû aux effets biologiques des composants nutritionnels (glucides, ndlr) sur le cerveau ou à une simple sensation agréable, déclenchée par leur goût (et rappelant des souvenirs, ndlr)", expliquait Mike Green au Daily Mail.

Une double cuisson pour une frite parfaite

Le secret des frites réussies réside dans la cuisson. Pour les Belges, ce n'est pas une mais deux cuissons qui sont nécessaires. Après avoir choisi la variété de pommes de terre - les "farineuses" (Bintje, Agria, Manon...) absorbant peu l'huile sont les plus adaptées - et les avoir coupées, suivez les conseils de Pierre-Brice Lebrun auteur du Petit traité de la pomme de terre et de la frite. Plongez-les pendant cinq minutes dans une huile à 160°C. Sortez-les une dizaine de minutes puis réitérez l'opération, idéalement dans de la graisse de boeuf à 180°C, pour les dorer.

11 millions de tonnes de frites consommées chaque année

Peu importe sa forme, sa cuisson, qu'elle soit surgelée ou fait maison, la frite fait des émules sur tous les continents. Si les Belges sont considérés comme les plus grands consommateurs de frites surgelées au monde comme le rappelle le journal Le Soir - le pays est par ailleurs le premier exportateur mondial - au total, ce serait près de 11 milliards de kilos qui seraient consommés annuellement !

Un Musée de la frite existe en Belgique

Les passionnés qui l'ignorent encore seront ravis d'apprendre qu'un musée dédié a ouvert à Bruges en 2008. Un lieu où la pomme de terre est à l'honneur et dans lequel il est possible de découvrir une collection de machines utilisées pour la récolte, le tri ou encore la cuisson du fameux tubercule, mais aussi de se rendre compte de l'importance de la frite dans la culture belge.

 
39 commentaires - 5 choses que vous ignoriez peut-être sur les frites
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]