Chocolats de Noël : la bonne attitude pour en profiter sans culpabiliser

Chocolats de Noël : la bonne attitude pour en profiter sans culpabiliser©Fotolia
A lire aussi

Purepeople

Les repas des fêtes de fin d'année approchent. Et aussi rassasiée qu'on soit, on a toujours de la place pour le dessert... même s'il nous fait culpabiliser. Pourtant, profiter des chocolats de Noël sans crise de foie, ni privations, c'est possible. Suivez le guide !

À Noël, puis au Nouvel An, il n'y a pas que la dinde, le foie gras, le saumon, le fromage et les pommes de terre qui soulèvent l'épineuse question de la modération. Il y a aussi (et surtout ?) le chocolat. Cette année, c'est décidé, on en profite sans culpabiliser.

Céder à la tentation

S'il y a bien un prétexte pour justifier la fameuse citation d'Oscar Wilde sur la tentation et l'intérêt d'y céder, un tantinet galvaudée par les abus qu'elle a suscités au fil des ans, c'est bien la consommation de chocolat. En particulier durant les fêtes. Pour ne pas culpabiliser, il est donc important de faire la paix avec l'idée que - tout comme à Pâques - on va en manger... beaucoup.

Comme cet écart n'est que ponctuel : ce n'est pas grave. Pas besoin de clore la semaine entre les deux repas de réveillon par un régime, ni même une détox. Un simple retour à la normale suffit. Si l'on ne se fait pas plaisir durant les fêtes, alors quand ?

Pour limiter la casse, sans en avoir l'air, il y a toutefois quelques stratégies à adopter. Réduire la tentation avant même qu'elle ne se présente à nous, en somme, est le meilleur moyen de procéder pour en profiter sans se frustrer ni se culpabiliser.

Toute la boîte ?

Loin de nous l'idée de vouloir vous intimer l'ordre de ne pas faire sa fête à votre boîte de chocolat, elles sont faites pour ça. Toutefois, c'est comme avec la tablette, toujours un dilemme : faire durer le plaisir ou bien s'abandonner totalement ? Le mieux est donc soit de choisir des petites boîtes (que l'on ouvre une par une, pas le même jour, donc) ou bien de se limiter à un "étage" d'un emballage plus volumineux.

Plaisir d'offrir, joie de recevoir

Si vous ne comptez pas brider votre consommation de chocolats à Noël tout en voulant faire attention, le mieux est de prévoir la quantité de ces gourmandises à votre disposition. Ainsi, si vous savez de source sûre que vous aurez quelques boîtes de chocolat sous le sapin, de votre côté n'en achetez pas. On ne limite pas la quantité dégustée à l'instant T, mais la quantité globale dévorée, donc aucune frustration en vue. Et la satisfaction de savoir que, malgré tout, on a fait un effort, donc zéro remords.

Le cas des assortiments

"La vie c'est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber", a dit Robert Zemeckis dans son chef d'œuvre Forest Gump. Sauf qu'en réalité, les boîtes de chocolat ont toujours une "notice". Ainsi, pour éviter de tomber sur un chocolat noir fourré à la griotte ou au caramel que l'on n'aime pas mais qu'on finira pour être poli, on se renseigne sur le contenu de l'assortiment... que l'on pourra alors dépouiller sans risque des meilleurs pralinés ! Autant que toutes les calories ingurgitées en valent la peine, jusqu'au bout !

 
0 commentaire - Chocolats de Noël : la bonne attitude pour en profiter sans culpabiliser
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]