Cuisiner les restes : une vraie bonne idée !

Cuisiner les restes : une vraie bonne idée !

Quiche lorraine

A lire aussi

Bérengère Bézier

Pour les grandes familles et pour ceux dont le budget est serré, cuisiner les restes est une évidence depuis longtemps. Les anciennes générations qui ont connu des périodes de privation dans leurs jeunes années ont aussi appris à ne surtout pas gâcher la nourriture. Pourtant pendant des années, alors que la société été touchée par une surconsommation galopante, on s'est laissé emporter dans la spirale du tout jetable même en ce qui concerne l'alimentation. Sans se poser de question, on n'a pas hésité à mettre à la poubelle nos restes de repas ou nos produits en date limite de péremption. Ce comportement irréfléchi et décomplexé est aujourd'hui remis en cause avec cette période de crise économique qui touche toutes les strates ou presque de la société. Parallèlement une prise de conscience quasi généralisée nous met en face de nos responsabilités vis-à-vis des populations en difficulté pour certains, de l'enjeu écologique et environnemental pour d'autres, sans compter les fins de mois qu'il faut réussir à boucler. Une chose est certaine, le gaspillage alimentaire n'a plus la cote. La cuisine des restes répond en partie à ces préoccupations. Qui dit restes ne signifie pas obligatoirement peu appétissant. Avec un peu d'imagination et de créativité on peut réaliser de bons petits plats très savoureux et appréciés de tous. Êtes-vous prêt à jouer le jeu ?

Première étape : je prends conscience

Les Français jettent en moyenne 20 kg d'aliments par an, dont 7 kg d'aliments encore emballés et 13 kg de restes de repas, de fruits et légumes un peu abîmés. Bon à savoir :- Plus d'un milliard de personnes souffrent de la faim sur Terre ;- Gaspiller c'est comme jeter de l'argent par la fenêtre : pour une famille française, le coût est estimé à 400 € par an ;- L'impact environnemental est important : les cycles de vie des aliments génèrent 20% des émissions de gaz à effet de serre d'un Français.

Deuxième étape : je m'organise

Avec un peu de bon sens au quotidien, il est possible de changer les choses.

- Faites l'inventaire des placards et de votre réfrigérateur avant de faire les courses. Des applications mobiles peuvent vous faciliter la vie en répertoriant vos stocks et les dates de péremption.

- Adaptez les quantités à vos besoins et vérifiez les dates limites avant d'acheter.

- Placez les aliments à utiliser en priorité de façon à ce qu'ils soient mis en avant dans le réfrigérateur.

- Conservez les restes de repas dans des boîtes fermées ou éventuellement congelez-les (les plats mijotés, par exemple qui seront parfaits pour dépanner).

- Et bien sûr, apprenez à utiliser les restes !

Troisième étape : je cuisine les restes et j'assume

Les enfants, c'est vrai, mais les grands aussi souvent, n'aiment pas trop manger la même chose deux ou trois jours de suite. Aussi accommodez vos plats avec un peu d'inventivité. N'oubliez pas non plus de soigner la présentation qui va tout de suite flatter les yeux et faire naître subtilement l'envie de goûter et chatouiller les papilles.

Voici quelques suggestions pour vous aider : Avec les restes de pain, préparez des croûtons aillés pour les salades et les soupes, de la chapelure ou encore du pain perdu cuit à la poêle et parfumé de sucre vanillé pour le goûter. Avec les restes de pâtes ou de pommes de terre, préparez des salades, des gratins, des omelettes et s'il vous reste de la viande, du poisson, ajoutez-les dans ces plats ou bien cuisinez une quiche, une tarte salée, un délicieux hachis parmentier, une terrine, des boulettes ou encore des légumes farcis. S'il vous reste des blancs d'oeuf, pas de souci, vous avez le choix entre le gâteau neige, les rochers coco ou des meringues. Vos fruits un peu abimés, épluchez-les et transformez-les en gratin, crumble ou compote.

Vous le voyez, les idées ne manquent pas. Alors jouez le jeu et assumez : en 2015, cuisinez les restes, c'est tendance et responsable !

 
3 commentaires - Cuisiner les restes : une vraie bonne idée !
  • avatar
    BAUG -

    Les restes ? Quels restes ? Et la surproduction ? C'est peut être de ma faute ?!!!

  • avatar
    Marilaine -

    J'ai été à l'école longtemps et vers six ans l'instituteur me disait et aux autres élèves: Tu ne gâcheras pas le pain. Issue d'une famille nombreuse, sept enfants, le pain était sacré à la maison et réservé aux travailleurs de ma fratrie, quand j'avais douze ans. . J'ai jamais gâché un morceau de pain de ma vie, j'ai acheté des boîtes de légumes et des yaourts dont la date limite était dépassée et jamais je ne me suis trouvée malade. Alors ces histoires de nourriture gâchée sont exagérées et ne conviennent qu'à des gens médiocres ou trop riches. Il n'y a aucune raison d'augmenter la nourriture dans une période de crise.

  • avatar
    juipaul -

    Les restes ? Quels restes ? La nourriture est devenu tellement chère que je ne laisse pas le moindre grain de riz dans mon assiette et même en travaillant je ne peux pas manger à ma faim .

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]