Dates de péremption : sont-elles utiles ? Faut-il les supprimer ?

Dates de péremption : sont-elles utiles ? Faut-il les supprimer ?

Dates de péremption

A lire aussi

Bérengère Bézier

Avec les nouveaux objectifs des gouvernements de l'Union européenne pour lutter contre le gaspillage alimentaire, le système des dates de péremption se voit partiellement remis en cause. Si l'on réfléchit bien, on ne peut qu'être d'accord : les pâtes, le riz, les yaourts sont-ils vraiment mauvais pour la santé 8 jours après le dépassement de la date butoir ? Si vous ne regardez pas le paquet ou le pot à la loupe, une fois dans votre assiette, c'est sûr, vous n'y verrez probablement que du feu !

DLC, DDM, de quoi s'agit-il ?

Ces mentions sont obligatoires et doivent figurer en toutes lettres. Elles visent à informer le consommateur sur la limite après laquelle le produit est susceptible de perdre ses qualités, qu'elles soient microbiologiques, nutritives, gustatives, etc.

La DLC ou Date Limite de Consommation donne une limite impérative aux denrées périssables pouvant présenter un danger pour la santé. Elle se traduit sur les produits par l'inscription "A consommer jusqu'au... ". Une fois la date dépassée, ils doivent être retirés de la vente.

La DDM ou Date de Durabilité Minimale (ancienne DLUO ou Date Limite d'Utilisation Optimale), elle, n'est pas impérative car son dépassement ne présente pas de risque si ce n'est la perte de qualités spécifiques comme l'arôme pour le café. On la reconnait à l'inscription "A consommer de préférence avant le... ". Le retrait de la vente n'est pas obligatoire.

Quels sont les aliments qui ne sont pas soumis à la DLC et la DDM ?

Ce sont toutes les denrées non préemballées, les fruits et légumes frais, l'alcool, les vinaigres, les sels, les sucres solides, certaines confiseries mais aussi les produits de la boulangerie ou pâtisserie qui cependant doivent être consommés dans les 24h.

DLC, quelques zones d'ombre...

La première est que le consommateur confond assez souvent DLC et DDM. Devenu méfiant après les différents scandales sanitaires, il préfère jeter.

Une autre zone d'ombre, bien plus obscure, se trouve dans le code de la consommation : "L'étiquetage comporte l'inscription, sous la responsabilité du conditionneur, d'une date jusqu'à laquelle la denrée conserve ses propriétés spécifiques dans des conditions de conservation appropriées". Seuls produits à y échapper : le lait cru et les oeufs, sinon le fabricant appose lui-même la mention. Inévitablement cela laisse un peu d'espace pour la tentation d'utiliser la date à d'autres fins que sanitaires. Une étude UFC-Que Choisir de mai 2014 montre que cette date sanitaire est trop souvent contournée par les industriels. Ainsi pour 3 produits sur 10 étudiés, les DLC sont raccourcies pour des raisons marketing alors que leur qualité sanitaire s'est avérée parfaite malgré un dépassement de la date considérable.

On ne doit pas non plus oublier le respect de la chaîne du froid, le conditionnement et la place choisie dans le réfrigérateur qui peuvent influer sur la conservation. Et là, nous avons un rôle à jouer !

Faut-il supprimer les DLC/DDM ?

Il n'est sans doute pas souhaitable de supprimer totalement les DLC/DDM, il serait par contre utile que cette date soit fiable, sans parti-pris particulier, juste fournie dans l'intérêt du consommateur et de sa santé. Certaines denrées non périssables ne nécessitent pas de fixer une date limite, on pourrait aussi en France s'inspirer de la voie suivie par la Grande-Bretagne, la Suède ou les Pays-Bas qui vont clairement dans cette direction.

Quand 'on sait que d'après la dernière étude mandatée par la Commission européenne, les pays de l'Union européenne gaspilleraient 22 millions de tonnes de nourriture par an, cela ne peut qu'inciter chacun de nous à revoir nos pratiques au quotidien avec une prise de conscience responsable en faisant simplement preuve d'un peu d'organisation et de bon sens. Cela demande peu d'effort et si je vous dis qu'en plus c'est bon pour votre porte-monnaie, ça motive encore plus, non ?

 
27 commentaires - Dates de péremption : sont-elles utiles ? Faut-il les supprimer ?
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]