Des produits iodés pour combattre une carence souvent ignorée

Chargement en cours
1/2
© Fotolia
A lire aussi

Purepeople

Quand on pense à l'iode, on imagine d'abord la mer et son goût acre et salé. Mais cette particule est aussi un oligo-élément indispensable à la production de l'hormone thyroïdienne, qui régule en partie notre métabolisme. Ainsi, une carence en iode entraîne une hypothyroïdie, qui se caractérise par une prise de poids, de la fatigue et une glande thyroïde hypertrophiée.

Pour combattre cette carence, qui touche beaucoup les femmes enceintes et les enfants, il convient de surveiller son alimentation en optant pour des produits riches en iode.

Le sel, un ennemi qui vous veut du bien

Évidemment, il est régulièrement conseillé de limiter sa consommation de sel, qui peut entraîner à forte dose hypertension et obésité. Mais le sel iodé, qui est enrichi en particules, est bénéfique pour remplir nos besoins en iode. Dans plusieurs pays, la vente de sel iodé est imposée par la règlementation. De plus, les ions chlorure et sodium que l'on trouve dans le sel demeurent aussi très importants pour le fonctionnement de l'organisme.

Coquillages et crustacés

Autre aliments à privilégier : les fruits de mer et autres poissons. Ceux-ci contiennent un taux d'iode élevé. Églefin, haddock fumé, merlan et moules sont à privilégier. Difficile parfois d'en consommer selon notre lieu d'habitation, mais il faut savoir que poissons et crustacés constituent 13,3% des apports en iode pour les adultes et 9,8% pour les enfants.

Pensez aux algues

Cachées derrière les fruits de mer, on oublie souvent les algues. À tort, puisqu'elles sont assez riches en iode mais peu consommées en Europe. Petite soupe, salade d'algues ou makis, à vous de varier les plaisirs ! Moins d'un gramme d'algue sèche par jour couvrirait la totalité de nos besoins. Wakame, Nori, Kombu : ils existent de nombreuses variétés vertes ou noires, et vendues fraîches ou séchées.

Les produits laitiers sont nos amis

Les laitages (lait, fromage, yaourts) sont la famille d'aliments dont provient la majeure partie de l'iode que nous consommons. Ils ne sont pas à proprement parler riches en iode, mais sont la première source d'iode dans l'alimentation des Français.

Pour les produits laitiers ultra-frais, le facteur saisonnier constitue la source majeure de variabilité des teneurs en iode. Les laits d'hiver sont toujours plus riches en iode que ceux d'été, selon une étude publiée par Les Produits Laitiers en 2010.

En conclusion, il faut toujours composer des repas équilibrés et réalisés de préférence avec des produits frais. Sur le marché, pensez à vous procurer des crustacés et lancez-vous dans la cuisine d'algues !

 
0 commentaire - Des produits iodés pour combattre une carence souvent ignorée
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]