Enfants : comment éviter la soupe à la grimace ?

Enfants : comment éviter la soupe à la grimace ?

Alimentation enfant

A lire aussi

Bérengère Bézier

On a tous le souvenir de bras de fer mémorables avec nos parents quand il s'agissait de nous faire manger des épinards, des haricots verts, de la soupe, du foie ou encore du poisson (sauf le poisson carré bien frit à la poêle avec son odeur caractéristique pas très agréable et une tonne de ketchup). En grandissant on a pris plaisir à manger certains d'entre eux mais pas tous, faut pas exagérer ! Avec beaucoup de patience, de tact et d'astuces, maintenant que nous sommes parents, on peut faire face à une situation de crise éprouvante autour de la table familiale. Voici quelques pistes...

Les arguments qu'il faut éviter

Ne vous sentez pas atteint personnellement par un refus catégorique d'ingurgiter le menu du jour même si vous l'avez préparé avec amour. À chaque âge ses surprises, et il est tout a fait possible que votre bambin ne mange plus ce qu'il mangeait encore il y a quelques mois. Cette réaction est normale, puisque son goût se forge, s'affirme et évolue. Du côté des parents, forcer à goûter, négocier, faire du chantage n'aura que peu ou pas d'impact, si ce n'est que celui de s'épuiser dans un combat vain. Inutile donc de supprimer le dessert si la soupe n'a pas été avalée ou bien de promettre le nouveau jeu vidéo en vogue. Oubliez aussi la culpabilisation, en rappelant à vos enfants que certains enfants de leur âge, ailleurs dans le monde, n'ont rien ou presque à manger (même s'il est bien qu'ils en aient conscience, ce n'est pas le bon moment). Une alimentation équilibrée est essentielle à la croissance de votre enfant, mais amplifier les tensions en restant chacun sur ses positions n'aura aucun effet positif. Et s'il ne veut pas manger, ne lui proposez pas autre chose, il mangera mieux au repas suivant, pas d'inquiétude.

D'abord, soyez patient et restez calme (ok, ce n'est pas toujours facile)

Des études prouvent qu'un nouvel aliment doit être proposé à table de 5 à 10 fois avant qu'un enfant ne se décide à le goûter. Si en plus il remarque que ses parents, ses référents directs, le mangent avec plaisir alors il finira par être tenté. N'hésitez pas à questionner gentiment votre petit monstre pour qu'il puisse exprimer les raisons de son aversion pour tel ou tel aliment. Encouragez-le pour savoir si la cause est plus due à l'apparence, à l'odeur, à la texture, etc. Il pourrait ainsi être amené à goûter et vous, de votre côté, à revoir la présentation ou la recette réalisée. Il suffit de peu, parfois !

Quelques idées pour détourner l'attention et gagner sa confiance

Reconnaissez que si nous apprécions nos légumes vapeur par goût parfois, ou parce que cuits ainsi ils sont meilleurs pour notre santé et notre forme, ils ne sont pourtant pas toujours des plus appétissants. Jouez sur les couleurs, les textures. Carottes, chou-fleur, brocolis ou haricots verts peuvent servir de base à de savoureuses croquettes. Ils peuvent également, encore un peu croquants, entrer dans la composition d'une salade composée (évitez de mélanger trop de saveurs différentes). Les épinards peuvent être proposés crus en salade, cuits dans un plat de lasagnes, ou encore en quiche avec du saumon ou des lardons. Faites de jolies présentations : petits fagots de haricots verts, fleurs de radis, velouté avec du fromage fondu, bâtonnets de crudités à tremper dans différentes sauces de toutes les couleurs, gratins, tagliatelles au saumon, nuggets maison, etc.

En cherchant juste un peu, vous apprendrez à faire preuve d'inventivité et de fantaisie créant ainsi de jolies mises en scène dans les assiettes. Vous y prendrez plaisir et votre enfant y sera sensible. Associez-le à la préparation des repas chaque fois que c'est possible et si vous avez un jardin, confiez lui un petit carré de terre dans lequel vous l'aiderez à préparer lui-même ses plantations de légumes. Son implication au quotidien, la découverte du cycle des saisons et de la végétation seront autant de possibilités d'apprendre autrement tout en s'amusant. Et je suis prête à parier qu'il n'aura qu'une envie, celle de goûter le fruit de son travail.

 
0 commentaire - Enfants : comment éviter la soupe à la grimace ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]