Fermier, bio... Bien choisir son poulet

Fermier, bio... Bien choisir son poulet

Vous consommez 26 kilos de poulet par an, alors autant bien le choisir !

A lire aussi

Hélène Demarly

Plat adoré des dimanches midi en famille, le poulet est l'une des viandes les plus consommées de France. Mais entre les différentes étiquettes, pas facile de s'y retrouver. Bio, fermier, certifié, en plein air, Label Rouge... Comment choisir le meilleur ?

Poulet de batterie : le moins cher

C'est le poulet classique, sans appellation. Il s'agit d'une race à croissance rapide, abattue entre 35 et 40 jours. Élevé en claustration, dans de grands hangars pouvant atteindre 2000m² à raison de 23 poulets au m² en moyenne, les volailles ne voient jamais voir le jour et ne bénéficient d'aucun espace en plein air. Si le poulet est d'origine française, son alimentation est composée à 100% de végétaux, minéraux et vitamines avec environ 60% de céréales, mais cela ne garantit en rien l'absence d'OGM ou de pesticides. Poulets qui ne courent pas, les volailles industrielles sont plus grasses, moins savoureuses que celles de plein air, leurs os se cassent plus facilement et elles contiennent plus d'eau.

Poulet certifié : une viande plus goûteuse

Un poulet qui bénéficie de la mention "certifié" est élevé pendant 56 jours en moyenne. L'éleveur doit répondre à un cahier des charges supérieur à celui d'un poulet de batterie, contrôlé par un organisme agréé par le ministère de l'Agriculture. Dans un hangar pouvant mesurer jusqu'à 2000m², les poulets sont au nombre de 18 par m². Avec une alimentation composée d'au moins 65% de céréales, il a plus de goût qu'un poulet industriel.

Poulet fermier : de meilleures conditions de vie

La mention "fermier" signifie que le poulet possède le Label Rouge. C'est une volaille de race rustique, abattue à 80 jours minimum, ce qui offre un poulet beaucoup plus gros que l'industriel ou le certifié. Il est nourri avec 75% de céréales minimum et élevé dans des poulaillers de 400m² maximum, en plein air ou en liberté, avec pas plus de 11 poulets par m². "Plein air" veut dire que la volaille dispose d'un parcours extérieur d'au moins 2m², "élevé en liberté" veut dire que le parcours est illimité. Le poulet Label Rouge dispose de bien meilleures conditions de vie que le certifié ou le classique, ce qui garantit une viande de qualité et moins stressée. Quant à l'appellation AOC, elle s'applique uniquement aux volailles de Bresse.

Poulet bio : le top du top

C'est sans aucun doute le meilleur ! Un poulet bio (AB sur l'étiquette) provient forcément d'une race rustique à croissance lente, abattue comme le poulet fermier, à 80 jours minimum. Son alimentation est garantie sans pesticide, sans engrais, sans OGM, à 90% issue de l'agriculture biologique avec au moins 65% de céréales. Le poulet bio dispose d'un espace de plein air d'au moins 4m².

Comment reconnaître un bon poulet ?

La couleur du poulet ne garantit pas sa qualité. À chair blanche, il aura sans doute été élevé au blé, à chair jaune, élevé au maïs, mais cela ne signifie pas forcément que l'un soit meilleur que l'autre. Un bon poulet doit être lourd et peser au moins un kilo. Lisez attentivement l'étiquette avant de faire votre choix et cherchez les indications Label Rouge, AOC et AB.

Vous l'aurez compris, mieux vaut éviter de consommer du poulet, entier comme en filet, qui ne vous indique aucune garantie. Forcément le poulet labellisé ou bio coûte plus cher... Mais la qualité se paye toujours ! La solution ? En manger moins souvent mais en manger mieux.

 
73 commentaires - Fermier, bio... Bien choisir son poulet
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]