Fêtes en famille : quelle attitude adopter avec les enfants ?

Chargement en cours
1/2
© Fotolia
A lire aussi

Purepeople

Les réveillons de fin d'année approchent à grands pas et nombre d'entre nous salivent déjà en pensant aux copieux repas traditionnels de cette période-là... Si nous, adultes responsables, savons (en théorie) nous contrôler, ce n'est pas le cas de nos enfants. Voici quelques pistes pour surveiller leur assiette sans gâcher la fête.

Lâcher du lest

Les fêtes de fin d'année, par définition, n'ont lieu qu'une seule fois par an. Une semaine d'excès assumés sur 52 en tout, ce n'est pas bien grave. C'est même nécessaire, voire vital... Toute l'année, nous faisons attention, les repas de fête, ce sont de petites vacances. Et pour les enfants, qui ont encore plus d'interdits que nous, encore plus. Laissons leurs papilles s'amuser, sans les brider !

Équilibrer entre les deux dîners de réveillon

Ne criez pas au scandale : nous ne sommes pas en train de prôner un épicurisme décomplexé et absolu. Nul besoin de se goinfrer par principe, pour profiter au mieux de ces quelques jours entre les deux réveillons. Laissons notre progéniture profiter de ces dîners d'exception sans limites, puis veillons à limiter la casse entre ces derniers, sans trop se priver non plus, car il y a toujours des restes bien tentants au frigo...

Après les dîners de folie : les repas light

Manger équilibré 365 jours de l'année, c'est peut-être une bonne idée, mais en pratique, c'est un peu triste. L'équilibre, c'est aussi savoir compenser un excès par un peu de modération, sans paniquer. C'est pourquoi il est essentiel de faire manger sainement les enfants après les festivités. Les restes de dinde, on les sert avec des légumes pour changer des pommes de terre, et on mange des mandarines à la place de la bûche glacée à la nougatine.

Ne pas en faire... tout un plat !

Inculquer de bonnes habitudes aux enfants, c'est aussi leur éviter de penser "régime" dès le plus jeune âge (les prises de tête viendront bien assez tôt). On fait attention à ce qu'ils ont dans leur assiette, sans leur faire savoir qu'on est passés en mode détox pour nous-même.

L'idée est donc de leur servir des repas sains, pauvres en calories, graisses, sucre et sel le plus naturellement du monde : le sapin suffit à rappeler que nous sommes en période de fêtes. Et tant qu'on ne leur laisse pas toute la boîte de chocolats entre les mains, on peut aussi leur faire un petit plaisir pour le dessert.

Comment faire ?

Durant les repas de Noël, on les laisse manger ce dont ils ont envie et dans la quantité qu'ils souhaitent. On découpe deux trous dans cette carte blanche pour veiller discrètement à ce qu'ils n'aient pas les yeux vraiment plus gros que le ventre, cela va de soi.

Durant les repas qui précèdent ceux du réveillon, pas besoin de se priver pour "anticiper". Pour ceux qui suivent le festin, on pense à réintroduire la verdure au lieu des pommes de terre, les fruits au lieu des pâtisseries et l'eau au lieu du Champomy. En somme : on leur prépare des repas classiques. Les excès, lorsqu'ils sont ponctuels, s'équilibrent d'eux-mêmes grâce à un retour à la normale, sans privations.

 
0 commentaire - Fêtes en famille : quelle attitude adopter avec les enfants ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]