Le potiron, un gros dur à la chair tendre !

Chargement en cours
1/2
© Fotolia
A lire aussi

Purepeople

À l'arrivée de l'automne, le potiron fait son retour sur les étals. Qu'il soit utilisé comme décoration d'Halloween ou comme soupe revigorante, ce légume fait le bonheur des amateurs de sa chair tendre !

Histoire du potiron

Le potiron, ce gros légume rond à l'écorce dure et orange, fait partie de la famille des Cucurbitaceae. Originaire d'Amérique du Sud, il est d'abord cultivé au Pérou, dans le nord du Chili et en Argentine avant d'être découvert à Cuba en 1492 par Christophe Colomb. Par la suite, le potiron est introduit dans les colonies africaines, puis en Chine et au Japon. C'est d'ailleurs aux Japonais que l'on doit le potiron orange tel que l'on le consomme aujourd'hui (ce potiron a remplacé la courge marron du Brésil). En France, dès la Renaissance, la culture du potiron se répand largement mais ce légume n'est autant pas très apprécié. On l'utilise alors pour nourrir le bétail et le monde rural pauvre, mais il reste rarement consommé par les bourgeois sauf en soupe. En 1860, le botaniste Charles Naudin répertorie près de vingt espèces de potirons.

Aux États-Unis, le potiron est rapidement associé à deux fêtes. D'abord à la fête de Thanksgiving durant laquelle les Américains ont l'habitude de consommer de la dinde, des tartes aux noix de pécan mais aussi des tourtes au potiron. Le potiron s'invite également à la fête d'Halloween durant laquelle on sculpte des potirons en forme de tête de monstres.

Après avoir longtemps été boudé des Français, le potiron rencontre aujourd'hui un vif succès.

Les bienfaits du potiron

Ne vous fiez pas à sa chair crémeuse et à son goût sucré ! Composé à 92% d'eau, le potiron s'avère un légume peu énergétique et donc peu calorique. Bonne nouvelle pour votre ligne, il ne compte que 20 calories environ pour 100 grammes.

Comme le laisse supposer sa chair orange, le principal atout du potiron demeure sa richesse en béta-carotène (provitamine A ) ainsi qu'en vitamine A, qui agissent comme de puissants antioxydants.

Le potiron agit également contre les problèmes de transit grâce aux fibres et au sucre laxatif (le mannitol) qu'il renferme. Sa consommation reste idéale pour booster un transit intestinal fainéant d'autant que, consommé cuit, ses fibres sont très bien tolérées par l'organisme.

Autre bienfait du potiron : il est riche en potassium, possède une faible teneur en sel et contient des particules qui emprisonnent les lipides et en réduisent l'absorption pour une action anti-cholestérol.

Choisir et conserver le potiron

Sur les étals des maraîchers, on retrouve principalement deux variétés de potirons : le potiron rouge d'Estampe ainsi que le potiron jaune Gros de Paris. Plus rares, le potiron bronze de Montlhéry et un potiron vert d'Espagne existent tout de même. Quant aux potirons utilisés pour Halloween, il s'agit généralement de Happy Jack issus d'une autre famille de potirons.

Pour bien choisir votre potiron, regardez son écosse. Si celle-ci est dure, lisse et sans tache, c'est qu'il s'agit d'un potiron de qualité. Si vous préférez acheter votre potiron en tranches et non pas entier, choisissez celles qui ont une chair ferme et orange vif.

Lorsqu'il est placé dans une pièce aérée et à la température oscillant entre 10 et 20°C, un potiron entier peut se garder plus de six mois. Les tranches, elles, ne se conservent pas plus de 48h au réfrigérateur. Mais rien ne vous empêche de réduire la chair en purée ou en soupe afin de la congeler.

Cuisiner le potiron

Avant de vous régaler de sa chair sucrée au délicieux goût de châtaigne, le potiron nécessite un petit travail de préparation. Commencez par découper votre potiron en gros morceaux puis ôtez l'épaisse écorce, les filaments et les pépins. Il suffit ensuite de couper les gros morceaux en de plus petits cubes avant de vous lancer dans votre recette.

Le potiron convient aux recettes salées comme sucrées. Une chance, c'est l'occasion de multiplier et de tester de nouvelles recettes à base de potiron !

Côté salé, le potiron se cuisine traditionnellement en soupe et en purée mais demeure un régal cuisiné en flan, en risotto, en gratin ou en cake, que sa chair soit mélangée ou non à d'autres ingrédients comme des champignons, du comté râpé, du jambon, des oignons, du gingembre, du curry et du lait de coco

Côté sucré, le potiron s'avère parfait pour concocter de délicieux tartes, gâteaux, gâteaux de semoules, confitures et, plus orignal, il s'intègre à merveille dans la recette des gaufres.

 
0 commentaire - Le potiron, un gros dur à la chair tendre !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]