Ruche de quartiers, la tendance qui buzze

Chargement en cours
 Les abeilles sont en danger et la ville peut aider à leur sauvegarde.

Les abeilles sont en danger et la ville peut aider à leur sauvegarde.

1/2
© iStock, DiyanaDimitrova
A lire aussi

Hélène Demarly

Les abeilles sont en voie de disparition. Pour tenter de pallier ce phénomène alarmant, de plus en plus de ruches voient le jour en milieu citadin. Un geste écolo et citoyen qui permet aussi d'avoir toujours du miel de qualité à portée de main.

La ruche en ville : la nouvelle mode

Mélangeant retour à la nature et prise de conscience écologique face à l'effondrement de la population d'abeilles, les ruches en ville se multiplient. Rien qu'à Paris, selon les chiffres de la mairie, elles seraient environ 700. Les plus célèbres, et qui ont sans doute la plus belle vue, sont les ruches des toits de l'Opéra de Paris, mais dans le reste des communes françaises de Lille à Marseille en passant par Toulouse, elles trouvent place dans les parcs, dans les jardins particuliers ou collectifs, sur les toits d'immeubles et même au sein des entreprises.

Un miel de très bonne qualité

Contrairement aux idées reçues, le miel de ville n'est pas moins bon que celui de campagne. La vie urbaine convient d'ailleurs aussi bien et même mieux aux abeilles. La raison ? Les villes utilisent beaucoup moins de pesticides et autres produits phytosanitaires (Paris n'en utilise d'ailleurs pas du tout). La mortalité des abeilles serait ainsi beaucoup moins élevée : seulement 3 à 4% dans la capitale contre 30 à 40% à la campagne.

Bien entendu, il est impossible de certifier que vos abeilles, si vous installez une ruche, n'iront pas butiner sur des fleurs qui n'ont pas été traitées avec des produits chimiques. Cependant, ce risque reste beaucoup plus faible qu'en zone rurale. Ainsi, un miel de ville est plus naturel et tout aussi goûtu qu'un miel produit à la campagne où les pesticides sont déversés en quantité sur les cultures - bien que les miels de montagne et de forêt soient eux les moins exposés à la pollution.

Autre avantage du miel de ville ? Des quantité de production beaucoup plus importantes. À Paris toujours, une ruche permet de récolter en moyenne 50 kg de miel par an, contre 10 à 15 kg à la campagne (chiffres de la mairie de Paris). De quoi pouvoir sucrer crêpes, yaourts et gâteaux toute l'année et faire plaisir à vos proches en offrant des pots de miel maison !

Une ruche : peu de contraintes

Une formation d'apiculteur n'est nullement obligatoire pour pouvoir détenir une ruche. Bien entendu face aux abeilles, il est indispensable d'être initiée (le mieux est de vous faire conseiller par un apiculteur), de posséder l'équipement adéquat et de connaître les précautions d'usage.

Autre avantage : bien que l'abeille soit un animal qui demande un minimum d'attention, l'entretien d'une ruche demande peu de temps. Quatre interventions dans l'année à peine suffisent pour réussir à produire entre 10 et 40 kg de miel par an.

Le prix enfin, reste raisonnable : comptez entre 50 et 150 euros environ pour l'achat d'une ruche (selon la taille et la qualité), environ 70 euros pour une combinaison de protection et 60 euros pour l'achat d'un essaim. Surtout, n'oubliez pas de vous renseigner sur les normes en vigueur pour l'installation d'une ruche auprès de votre mairie et de vérifier que vous ou l'un de vos proches n'êtes pas allergique.

Envie de devenir apicultrice débutante ? Trouvez toutes les infos sur le site de l'UNAF (l'Union Nationale de l'Apiculture Française) : www.unaf-apiculture.info.

 
1 commentaire - Ruche de quartiers, la tendance qui buzze
  • avatar
    Romarin -

    Et oui, c'est pourtant la réalité, la ville aussi polluée quelle soit, offre un refuge à nos abeilles.
    Je suis apiculteur en Champagne, et cela fait un moment que je vois les abeilles mourir. et c'est de pire en pire.
    Les tonnages de phytosanitaires pulvérisés sur les vignes ne change pas, ce n'est même pas la vigne par elle même qui est toxique, mais aussi l'air ambiant. D'avril à fin aout ce sont 20 traitements par parcelle.! ici tout le monde en respire....
    Alors, si la ville peut sauver ce qu'il reste de nos abeilles....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]