Humour, féminisme... quand la mode fait passer un message !

Chargement en cours
 La blogueuse italienne Chiara Ferragni avec son t-shirt "We should all be Feminists" au défilé Dior Haute Couture, en janvier 2017.

La blogueuse italienne Chiara Ferragni avec son t-shirt "We should all be Feminists" au défilé Dior Haute Couture, en janvier 2017.

1/2
© Getty Images, Edward Berthelot
A lire aussi

Jessica Xavier

Impossible de passer à côté : depuis quelques temps les messages fleurissent sur nos pièces mode préférées. Même Victoria Beckham, non sans humour, s'est affichée avec un t-shirt blanc "Fashion Stole my Smile" (La Mode m'a volé mon sourire). La mode voudrait-elle nous faire passer un message ?

Des slogans féministes

Alors que l'on pensait le féminisme démodé, il revient en force dans un milieu on ne peut plus féminin : la mode. De plus en plus, les slogans girl power s'affichent sur de nombreuses pièces et se taillent la part belle dans nos garde-robes. Même les grandes maisons s'y mettent. Lors de la dernière Fashion Week, Dior a ainsi fait défiler un mannequin avec un t-shirt estampillé "We should all be feminists" (des propos empruntés à l'écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie) et largement popularisé par Rihanna via son Instagram.

La maison de couture française n'est pas la seule à afficher ce féminisme d'un nouveau genre. Lors de la Fashion Week Automne-Hiver 2017/2018 de New York les mannequins Zadig & Voltaire ont défilé avec un t-shirt "Girls Can Do Anything" (Les filles peuvent tout faire). Vu également sur des t-shirts Otherwild "The Future is Female" (Le futur sera féminin). Opportuniste, la mode ? Peut-être. Schizophrène, certainement. Car si le milieu est souvent décrié pour l'image qu'il renvoie de la femme, il a aussi participé à la libération de son corps.

Des messages politiques

Le vêtement à slogan est en train de devenir le nouvel étendard des activistes. Et toutes les revendications s'affichent fièrement, généralement sur des t-shirts et des sweats. De l'autre côté de l'Atlantique, l'élection de Donald Trump a fait naître des mouvements contestataires dont les marques de mode se sont emparées ornant leurs vêtements de slogans humanistes, écolo, no gender... Public School a commercialisé des casquettes avec le slogan "Make America New York" prônant une Amérique qui ressemble davantage à la cosmopolite et tolérante Big Apple.

De leur côté, les jumelles Olsen avec leur marque The Row ont brodé sur le bas d'un pantalon ou le bord d'une manche de chemise, les mots "Espoir" et "Liberté". Un peu plus consensuel, mais toujours dans la mouvance d'affirmation de ces valeurs. Lors de la Fashion Week, Tommy Hilfiger a orné ses pulls d'un "We are All Human Beings", quand la marque Ypsylone affichait sur les siens "Never Gender". De son côté, le beau gosse de "Grey's Anatomy" , Jesse Williams promeut des sweats "Trayvon" en hommage à l'ado de 17 ans Trayvon Martin, abattu par un agent de sécurité aux États-Unis.

Et un zeste d'humour

Ressuscité des années 1990 où il faisait un tabac, le t-shirt à message est donc à nouveau à la mode. Il est même adoubé avec ironie par l'une des grandes prêtresses de la fashion sphère : Victoria Beckham . L'ex-Spice Girls a créé le buzz en s'affichant avec un message bien pensé : "Fashion Stole My Smile". Une pointe d'humour quant à la mine souvent renfrognée de l'épouse de David Beckham, qui a transformé un t-shirt en coton basique tout simple en pièce collector. Comme quoi, la mode peut encore se moquer d'elle-même. Sa planche de salut ?

 
0 commentaire - Humour, féminisme... quand la mode fait passer un message !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]