Mode éthique : où en est-on ?

Chargement en cours
 La "Slow Fashion", soit le fait d\

La "Slow Fashion", soit le fait d'acheter moins mais mieux, fait de plus en plus d'adeptes.

1/2
© Adobe Stock, artem_tryhub
A lire aussi

Hélène Garçon

Quatre ans après la mort de plus d'un millier de travailleurs du Rana Plaza au Bangladesh, tragédie qui avait provoqué un véritable déclic chez certaines griffes, la mode est-elle parvenue à se racheter une conduite ? C'est l'heure du bilan.

La mode éthique : qu'est-ce que c'est ?

Quand on parle de mode "éthique", on parle d'une mode qui fait passer l'humain et la planète avant tout. Ainsi, les créateurs qui se disent "éthique", s'engagent à respecter les règles fondamentales du commerce équitable comme recourir à des matières naturelles qui, si elles sont travaillées, doivent être soumises à un traitement respectueux de l'environnement ou avoir recours à des matières issues du recyclage. Heureusement, les start-up, mais aussi les grandes enseignes sont de plus en plus nombreuses à respecter un ou plusieurs de ces piliers du développement durable et à se mettre au "green".

La Fashion Revolution est en route

Une prise de conscience que l'on doit notamment au collectif britannique Fashion Revolution qui s'est formé à la suite du drame du Rana Plaza, et qui, chaque année, lance une campagne de sensibilisation aux conditions de travail et de fabrication des vêtements que nous portons. C'est lui qui a lancé le hashtag #whomademyclothes ("qui a fait mes vêtements" en anglais) en 2016, une initiative qui invitait les consommateurs à exiger plus de transparence du côté des marques. Parce que si des progrès ont été faits du côté de l'environnement, notamment grâce à une "Charte d'engagement de la mode pour le climat" signée en 2015 dans le cadre de la COP21, le problème persiste du côté social. L'étude "Behind the Barcode" publiée par Fashion Capital en 2015 révèle ainsi qu'à l'époque, 75 % des marques ignoraient les origines de leurs matériaux et que 48 % ne connaissaient pas la liste exacte de leurs fournisseurs.

La slow fashion contre la fast fashion

Il faut dire qu'avec la rapidité à laquelle va aujourd'hui la mode, difficile pour les grandes enseignes de "fast fashion", telles que H&M, Asos, Inditex (Zara et Mango) ou encore Topshop, de produire des vêtements de qualité, dans de bonnes conditions, à bas prix et en grandes quantités. Ce modèle économique se trouve aujourd'hui menacé par un tout nouveau mode de consommation : celui de la "slow fashion" qui pourrait se résumer par "acheter moins, mais mieux". Soit acquérir des produits certes plus chers, mais fabriqués dans le respect des travailleurs et de l'environnement, à un rythme moins soutenu. De quoi faire du bien au porte-monnaie, mais aussi à sa conscience !

Les grands groupes textiles l'ont compris : pour séduire à nouveau les consommateurs, il faut être le plus "propre" possible. Pour se racheter une conduite, de grands groupes comme H&M et Inditex proposent désormais des collections "green" éco-responsables, telles que "H&M Conscious" ou "Mango Commited", et lancent même des opérations recyclage comme chez H&M. Coup de pouce pour la planète ou coup de com' ? "À peine 0,1 % des vêtements collectés (...) sont recyclés pour fabriquer de nouvelles fibres textiles", reconnaît Henrik Lampa, responsable du développement durable chez H&M, cité par Courrier International. La route est donc encore longue avant que la mode se remette dans le droit chemin.

 
0 commentaire - Mode éthique : où en est-on ?
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]