Affaire Saint-Laurent : la Ville de Paris interdit les affiches sexistes

Affaire Saint-Laurent : la Ville de Paris interdit les affiches sexistes

Paris bannit les publicités sexistes ou discriminatoires de ses espaces d'affichage.

A lire aussi

Hélène Demarly

Les publicités diffusées sur le réseau municipal d'affichage de Paris ne devront désormais comporter aucun caractère "sexiste ou discriminatoire". Une décision adoptée mardi 28 mars après le tollé provoqué par les dernières publicités Yves Saint Laurent.

Il y a quelques semaines, une polémique est née suite au placardage dans la capitale d'affiches Yves Saint Laurent montrant des mannequins dans des positions explicites. Jugées dégradantes, ces pubs avaient été retirées de l'espace public. La Ville de Paris a décidé d'aller encore plus loin en votant, sur une proposition du groupe communiste, l'interdiction de ce type d'affiche. "Le nouveau contrat prévoit que le concessionnaire s'engage à s'assurer qu'aucune publicité à caractère sexiste ou discriminatoire ne puisse être diffusée sur le réseau municipal d'affichage" a annoncé la Ville de Paris.

Vers un dispositif national ?

La Ville Lumière suit l'exemple de Londres et Genève qui ont, avant elle, mis en place un dispositif similaire. La mairie a décidé, selon le communiqué d'Anne Hidalgo , de "montr(er) la voie en décidant d'actionner tous les leviers en sa possession pour empêcher la diffusion, la promotion et la valorisation d'images dégradantes pour certaines catégories de citoyens".

"En attendant une loi qui s'appliquerait sur l'ensemble du territoire national, Paris fait le choix de bannir définitivement ce genre de campagne", a expliqué Hélène Bidard, adjointe PCF chargée de la lutte contre les discriminations.

 
0 commentaire - Affaire Saint-Laurent : la Ville de Paris interdit les affiches sexistes
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]