Beyoncé : sa collection Ivy Park fait (encore) polémique

Chargement en cours
 Les conditions de fabrication des vêtements Ivy Park font polémique.

Les conditions de fabrication des vêtements Ivy Park font polémique.

1/3
© DR, Ivy Park via Bestimage
A lire aussi

Justine Fiordelli

Une nouvelle polémique vient s'abattre sur la collection sportswear de Beyoncé, baptisée Ivy Park. Si le succès commercial semble être au rendez-vous, une parenthèse inattendue pourrait bien nuire à la réputation de la chanteuse et compromettre la réussite de sa marque de vêtements sur le long terme. En effet, alors que la ligne promet de "soutenir" et "inspirer les femmes" mais aussi de "leur permettre de s'affirmer par le sport", le tabloïd The Sun a dévoilé que les différentes pièces seraient fabriquées par une main d'oeuvre à bas prix sri-lankaise, dans des conditions plus que douteuses.

Temps de travail supérieur à la normale, salaires faibles... Si l'on en croit le Sun, qui s'appuie sur les propos de Jakub Sobik, porte-parole de l'association Internationale contre l'esclavage, les conditions de fabrication des vêtements Ivy Park seraient loin de correspondre aux promesses de la marque et ressembleraient de près à de "l'esclavage" : "Les couturières touchées par la pauvreté qui fabriquent certains de ces vêtements dans les usines de MAS Holdings au Sri Lanka gagnent seulement 4,30 livres par jour (5,50 euros, ndlr). Il leur faudrait plus d'un mois de salaire pour s'offrir une paire de leggings de Beyoncé à 100 livres. Les travailleuses, pour la plupart de jeunes femmes originaires de villages pauvres et ruraux, ont seulement de quoi vivre dans des foyers et travaillent plus de soixante heures par semaine pour joindre les deux bouts. La plupart ne souhaitent pas prendre la parole, de peur de perdre leur job", peut-on lire dans The Sun.

Face à ces accusations, un porte-parole de la griffe a souhaité réagir à la polémique et explique n'avoir rien à se reprocher : "Nous sommes fiers des efforts durables accomplis dans l'inspection des usines et dans l'audit. Nos équipes à l'international travaillent de très près avec nos fournisseurs et leurs usines, pour s'assurer de leur conformité. Nous attendons de nos fournisseurs qu'ils respectent notre charte de déontologie et nous les soutenons dans leurs efforts".

Ce n'est malheureusement pas la première fois que la collection de Beyoncé est au coeur de la tourmente. Lorsque les premières pièces avaient été dévoilées, un autre sujet avait fait débat : le fait que les vêtements aient été pensés pour des femmes riches et minces.

 
0 commentaire - Beyoncé : sa collection Ivy Park fait (encore) polémique
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]