Décès d'André Courrèges : ce qu'il faut retenir du couturier !

Décès d'André Courrèges : ce qu'il faut retenir du couturier !

André Courrèges

A lire aussi

Justine Fiordelli

La planète mode est en deuil. Le couturier français André Courrèges, à qui l'on doit notamment la mini-jupe, est décédé jeudi 7 janvier 2016 à son domicile de Neuilly-sur-Seine, près de Paris, à l'âge de 92 ans. C'est la maison de couture qui a annoncé la triste nouvelle, dans un communiqué officiel, précisant qu'il était atteint de la maladie de Parkinson : "Le grand couturier français, connu pour avoir révolutionné l'univers de la haute couture dans les années 1960, s'est éteint hier soir, après un long combat de plus de trente ans contre la maladie de Parkinson", peut-on lire.

Frédéric Torloting et Jacques Bungert, co-présidents du Groupe Courrèges, se sont également exprimés : "Toute sa vie, André Courrèges, avec Coqueline, n'a cessé d'avancer, d'inventer pour toujours devancer : un créateur visionnaire qui voyait déjà ce que serait le 21e siècle et qui croyait dans le Progrès. C'est ce qui rend si moderne Courrèges aujourd'hui. Nous pensons à sa famille dont nous sommes très proches".

C'est une grande figure que la mode française vient aujourd'hui de perdre. Symbole de la révolution vestimentaire des années 1960, c'est à lui que l'on doit notamment l'invention de la minijupe et l'héritage d'un style futuriste marqué par des pièces fortes, des coupes parfaites et des matières originales et peu communes comme le vinyle. Il était aussi connu pour sa passion pour le blanc. À défaut de proposer des petites robes noires (que l'on doit à Coco Chanel), il a gagné en réputation grâce à ses modèles de petites robes blanches de style sixties que l'on ne présente aujourd'hui plus. Leur particularité ? Une coupe trapèze impeccable pour mettre en valeur la silhouette des femmes, avec des finitions invisibles.


André Courrèges restera l'une des figures emblématiques de la mode. On se souvient également de ses égéries phares dont font partieFrançoise Hardy (1965), Brigitte Bardot ou encore Catherine Deneuve.

 
0 commentaire - Décès d'André Courrèges : ce qu'il faut retenir du couturier !
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]