#iamallwoman, la campagne choc contre le clivage rondes vs minces

#iamallwoman, la campagne choc contre le clivage rondes vs minces

De nombreuses campagnes s'engagent contre le clivage minces vs rondes.

A lire aussi

Hélène Garçon

Les campagnes prônant l'acceptation du corps féminin se suivent mais ne se ressemblent pas. Après l'apparition de nombreux hashtags visant à abolir les diktats de la minceur, deux mannequins ont décidé de rectifier le tir en créant la campagne #iamallwoman. Le but ? Réunir toutes les femmes, de corpulences, âges et origines ethniques différentes, sous une seule et même bannière.

L'union fait la force. Un célèbre adage que Charli Howard et Clémentine Desseaux souhaitent rappeler à toutes les femmes via la campagne All Woman Project qu'elles viennent de lancer sous le hashtag #iamallwoman. Grâce à ce projet, les deux mannequins ont pour objectif de mettre à l'honneur la "diversité" du corps féminin et d'abolir la connotation de "rondes" que ce mot, trop souvent employé par l'industrie textile, évoque actuellement.

"Comme je ne suis pas un mannequin grande taille, certains ne comprennent pas pourquoi je parle d'acceptation de soi", expliquait Charli Howard, l'une des instigatrices de la campagne, lors d'une interview au Teen Vogue américain. "Ils imaginent que ce genre de discours est réservé aux tops plus size, mais je pense qu'il est important que toutes les femmes aient une image positive d'elles-mêmes", continuait la mannequin, qui avait déjà fait parler d'elle en 2015 en publiant une lettre ouverte sur Facebook. Une tribune dans laquelle elle poussait un coup de gueule contre son agence qui l'avait renvoyée à cause de sa taille 36, jugée trop grosse pour l'industrie de la mode.

Rejoignez le mouvement !

La campagne, largement relayée sur les réseaux sociaux grâce au mot clé #iamallwoman, invite donc les femmes du monde à embrasser leur féminité, peu importe les imperfections de leur corps. "All Woman Project met en lumière l'idée que toutes les femmes sont plus similaires que nous pouvons le penser. Nous avons toutes des imperfections physiques, et cela nous rend plus ou moins jolies. Plutôt que de les retoucher ou de les ignorer, nous devrions les embrasser", scandent les deux jeunes femmes sur le site de la campagne. "Ce ne sont pas nos attributs physiques qui nous définissent comme femme ; ce sont notre force et notre caractère. C'est ce qui fait de nous des femmes". Charli Howard et Clémentine Desseaux encouragent toutes celles qui souhaitent rejoindre le mouvement de partager des photos qu'elles jugent représentatives d'elles-mêmes sous le hashtag #iamallwoman. Sans oublier de décrire ce qui les rend uniques, et surtout, ce qui les rend femmes.

 
0 commentaire - #iamallwoman, la campagne choc contre le clivage rondes vs minces
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]