Karl Lagerfeld : "J'ai traversé tous les styles"'

Karl Lagerfeld : "J'ai traversé tous les styles"'

Karl Lagerfeld lors du défile haute couture Chanel automne/hiver 2016/2017 durant la Fashion Week de Paris, le 5 juillet 2016.

A lire aussi

Mélissa Darré

À l'occasion de son dernier ballet, l'Opéra de Paris a confié la conception de ses costumes à l'une des figures emblématiques de la sphère mode : Karl Lagerfeld. Le temps d'une interview accordée à Madame Figaro, le créateur de 82 ans a accepté de revenir sur ce projet initié par le chorégraphe Benjamin Millepied, mais également sur son enfance et son travail. Confidences.

Noir et blanc iconiques, lignes graphiques et élégance épurée, tout dans les sublimes costumes des danseurs de l'Opéra de Paris reflète la patte inimitable du Kaiser. De nouvelles pièces commandées au couturier dans le cadre de leur dernier spectacle "Brahms-Schönberg Quartet", chorégraphié par George Balanchine et présenté à l'Opéra Bastille du 2 au 15 juillet derniers. "J'ai rencontré Benjamin Millepied, que j'aime beaucoup, chez des amis. Il m'a appelé pour me proposer la conception des costumes et des décors. J'ai dit oui", explique ainsi Karl Lagerfeld avec la franchise qu'on lui connaît, avant d'en dire plus sur ses inspirations : "Les costumes sont comme des petites figurines de la Wiener Werkstätte. Ils sont divinement réalisés par les ateliers de l'Opéra."

"Je ne suis jamais fier de moi"

Une collaboration artistique d'exception, qui s'ajoute à la lignée des stylistes renommés ayant prêté leurs talents à l'illustre établissement de danse, de Kenzo Takada en 1999 à Christian Lacroix en 2009, sans oublier Jean-Paul Gaultier en 2012. Et pourtant, le créateur à la tête de la direction artistique de Chanel depuis déjà trente-trois ans ne se montre, comme à son habitude, que peu comblé par le travail accompli. "Cela ne me fait aucun effet, c'est mon drame : je ne tire aucune satisfaction de mon travail, même si je suis ravi que les gens trouvent ça bien", confie-il au rédacteur en chef de Madame Figaro, Richard Gianorio.

"Vous savez, je n'aime que le travail pour le travail. Je ne suis jamais fier de moi, je me dis toujours que je pourrais faire mieux, que je suis paresseux, que je devrais me remettre à ma table à dessin", renchérit Karl Lagerfeld. Une exigence que le propriétaire de Choupette − une chatte sacré de Birmanie qui fait le buzz sur la toile depuis qu'une biographie lui a été consacrée − doit très certainement à sa mère Elisabeth, avec qui il entretenait des relations un brin distantes. De son propre aveu, elle se montrait parfois inflexible, voire dure : "J'ai essayé le piano, mais au bout d'un an ma mère − encore elle − a fermé le couvercle définitivement : 'Tu n'as aucun talent. Je déteste le bruit que tu fais. Dessine !' J'ai traversé tous les styles." Reste que celui emprunté était sans conteste le bon !

 
0 commentaire - Karl Lagerfeld : "J'ai traversé tous les styles"'
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]