Mieux comprendre la mode éco-responsable en trois clés

Mieux comprendre la mode éco-responsable en trois clés

Aujourd'hui, de plus en plus de marques agissent en faveur de la planète et proposent des collections alliant style et développement durable.

A lire aussi

Hélène Garçon

À l'occasion de la Semaine mondiale du recyclage de la mode qui a commencé le 16 avril, de nombreuses marques unissent leurs forces pour préserver la planète. Leur objectif : collecter des tonnes de vêtements usagés pour les redistribuer aux personnes dans le besoin ou les recycler. Cette initiative s'inscrit dans une volonté d'agir en faveur de l'écosystème, du développement durable, mais aussi des personnes autour de nous. La mode éco-responsable est dans la bouche de tous les producteurs textile. Mais qu'englobe réellement ce terme et comment adapter son attitude en tant que consommateur ? La réponse en trois clés.

Le rôle du consommateur

Comme consommateur, votre influence ne s'exerce qu'à la caisse, au moment de payer vos articles. Un billet de banque encaissé est un bulletin de vote qui encouragera le développement d'un certain type d'industrie. Le but étant de favoriser le développement durable. Pour faire le bon choix, il suffit de jeter un oeil à l'étiquette du vêtement que vous envisagez d'acheter, et plus spécialement à sa composition. L'idéal est de se tourner vers des matières naturelles et nobles, si possible bio, comme le coton, le lin ou encore la laine, moins gourmandes en ressources et moins polluantes que le polyester ou l'élasthanne. Les labels de vêtements responsables sont le moyen le plus simple pour être totalement sûr de l'intégrité du produit que vous souhaitez acheter. Le leader étant le GOTS (Global Organic Textile Standard) qui garantit une fabrication selon des exigences environnementales et sociales reconnues dans le monde entier. Enfin, dans une société de consommation "prêt-à-jeter", il est important d'acquérir les bons réflexes et de privilégier la qualité à la quantité, en achetant des produits de bonne facture afin de les garder plus longtemps.

L'industrie de la mode et les personnes qu'elle emploie

La mode éco-responsable passe également par la dimension humaine, beaucoup plus difficile à jauger puisqu'elle n'apparaît pas sur les étiquettes. Enfin, presque pas. Le travail forcé ou le travail des enfants n'est malheureusement pas une légende urbaine, et existe encore aujourd'hui dans plusieurs pays comme le révèlent certains organismes et associations. Pour faire bouger les choses, deux catégories de commerces ont été instaurées : le commerce éthique et le commerce équitable. Le premier vise à améliorer les conditions de travail des producteurs, donner des droits aux salariés et limiter l'impact écologique des industries sur la planète. Le second se concentre essentiellement sur le droit du travail des employés et milite contre la discrimination à l'embauche ou des salaires trop peu élevés, par exemple. Pour distinguer ces entreprises responsables, un label "commerce équitable" a d'ailleurs été créé.

Les associations et marques éco-responsables qui agissent et se battent

Plusieurs associations ont vu le jour pour agir en faveur du développement durable et pour faciliter le passage à l'acte. Parmi elles, la Fashion Revolution qui entend sensibiliser le public aux coulisses de l'industrie de la mode, Clean Clothes, qui agit pour le respect des droits des travailleurs, et même Greenpeace et sa campagne "Detox my Fashion" qui appelle les marques à se débarrasser de produits chimiques dans la production des vêtements. Certaines griffes n'ont pas fait les sourdes oreilles à cet appel et ont corrigé le tir quant à leurs méthodes de production. En tête : H&M Conscious, mais aussi Stella McCartney ou bien encore la marque de baskets Veja que vous pouvez acheter les yeux fermés !

 

 
0 commentaire - Mieux comprendre la mode éco-responsable en trois clés
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]