3 choses à découvrir dans la biographie du père de Zinédine Zidane

Chargement en cours
 Conférence de presse de Zinédine Zidane au lendemain de sa nomination comme entraîneur du Real de Madrid, le 5 janvier 2015.

Conférence de presse de Zinédine Zidane au lendemain de sa nomination comme entraîneur du Real de Madrid, le 5 janvier 2015.

1/2
© BestImage, GTRES
A lire aussi

Fabien Gallet

"En lisant le père, on comprend le fils...", explique au journal le Parisien, Elsa Lafon, l'éditrice de "Sur les chemins de pierres", l'autobiographie du père de Zinédine Zidane parue jeudi 16 février 2017. Au gré des quelques 250 pages de l'ouvrage, Smaïl Zidane livre moult anecdotes sur le champion du monde 1998.

À 81 ans, Smaïl Zidane a décidé de se raconter dans un livre, "Sur les chemins de pierres". L'occasion pour le père du footballeur devenu entraîneur du Real de Madrid de lever le voile sur sa vie mais aussi celle de son fils, l'ancien numéro 10 de l'équipe de France. En exclusivité, le journal Le Parisien propose de découvrir quelques extraits.

Le père Zidane a vécu "dehors" dès son arrivée en France

Originaire d'Algérie, Smaïl Zidane décide de poser ses valises à Paris en 1954 dans une situation très précaire. "Pour ne pas aller dans ces hôtels qui obligent leurs clients à se restaurer chez eux (...), je décide de dormir sur le chantier, porte de Clignancourt, à deux pas du futur Stade de France de Saint-Denis. Chaque soir après le travail (...), je regagne le petit coin que je me suis trouvé, dans un appartement en construction. Il est à l'abri du vent mais, lorsqu'il pleut, l'humidité imprègne mes pauvres vêtements", confie le père de la star qui doit composer avec la météo. "En janvier 1954, à Paris, les températures descendent à - 10 °C. Début février, il fait - 13 °C", se souvient-il avant d'ajouter : "L'abbé Pierre l'a crié à la radio : 'Mes amis, au secours ! Plus personne ne doit dormir dehors !' Plus personne... mais moi, j'y suis encore."

Sur les bancs de l'école, on pardonnait tout à Zizou !

À 10 ans à peine, Zinédine Zidane n'a qu'une chose en tête : le judo et le football. L'école est alors le cadet de ses soucis selon son père qui se souvient encore des propos de son institutrice : "Votre fils, on ne l'entend pas en classe... mais alors, qu'est-ce qu'il remue ! (Il) est très dissipé, c'est vrai, mais on lui pardonne tout : il est tellement beau !" Un compliment qui a considérablement "fait plaisir" au père de famille, "mais pas pour les raisons que l'on imagine", assure ce dernier. "Pour faire des économies, c'est moi qui coupe les cheveux de tous mes garçons (...). Visiblement, le résultat n'est pas catastrophique", s'amuse d'ailleurs l'auteur.

Le père du champion n'a pas regardé la finale 1998 !

Contre toute attente, le père de Zinédine Zidane n'a pas regardé le match opposant la France au Brésil, le 12 juillet 1998. "Le soir de la finale de la Coupe du monde (...), je ne suis pas au Stade de France, avec ma belle-fille et Enzo, ni devant mon poste de télévision", raconte Smaïl Zidane qui garde avec sa femme, le second enfant de la star. Toute la famille est réunie, mais le père de famille, lui, reste seul. "Je suis sorti dans le jardin avec Luca dans les bras. (...) Ce soir, je dois être le seul du quartier à ne pas regarder le match ! Noureddine (l'un de ses 5 enfants, ndlr) a promis de me prévenir de l'avancée du score... même s'il me suffit d'entendre leurs cris !"

"Il viendra donc dans le jardin à trois reprises et repartira en courant. Premier but de Yazid ; deuxième but, encore lui. Comme il doit être heureux, notre Yazid ! Je ne peux détacher mon regard des yeux clos, du souffle si léger de Luca", se remémore le père de Zizou avant de conclure : "Je me sens si bien, à cet instant, si rempli de gratitude pour tout ce bonheur que Dieu nous donne, que je Le remercie et Lui demande de protéger ce petit être qui s'éveille à la vie."

 
1 commentaire - 3 choses à découvrir dans la biographie du père de Zinédine Zidane
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]