Amanda Lear : "Je viens de faire ce que l'on appelle un burn-out"

Amanda Lear : "Je viens de faire ce que l'on appelle un burn-out"

Amanda Lear lors de la soirée AmfAR à Milan, le 24 septembre 2016.

A lire aussi

Hélène Demarly

Fin avril 2017, elle avait dû annuler les dernières représentations de La Candidate, sa pièce qui remportait pourtant un véritable succès. En interview dans Libération, Amanda Lear se livre, évoquant son burn-out et son envie de prendre sa retraite.

La comédienne et chanteuse s'est confiée à Libération le 16 juin dernier : "Je viens de faire ce qu'on appelle un burn-out. Un petit burn-out, mais quand même. Brusquement, le corps en a marre. Brusquement, on n'a plus envie." Amanda Lear, qui avoue que "le stress (la) rend malade", n'a pas de souci de santé particulier, elle est seulement victime d'un gros coup de fatigue et donc forcée au repos par son médecin, qui l'avait déjà contrainte à stopper sa pièce de théâtre il y a quelques mois, à la suite d'un vertige.

"L'envie est finie"

La muse de Salvador Dali s'est donc retirée dans sa maison de Saint-Rémy-de-Provence, dans les Bouches-du-Rhône, où elle vit entourée de ses chats et où elle passe son temps "à lire, à peindre et à regarder la télé", comme l'écrit le journal.

"L'envie est finie", va jusqu'à dire l'ancienne pensionnaire des Grosses Têtes, qui revient sur sa carrière, confiant : "Je n'ai aucune ambition. Moi, je voulais vendre des fleurs. Curieusement, tout le monde m'a poussée." Dans cette même interview, elle évoque aussi les rumeurs sur sa transsexualité, qui courent depuis plusieurs décennies : "Qu'est-ce que vous voulez, je suis un portemanteau : les gens accrochent sur moi leurs fantasmes. Je serais dominatrice, lesbienne, trans... Oui, pourquoi pas ?"

 
1 commentaire - Amanda Lear : "Je viens de faire ce que l'on appelle un burn-out"
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]