Attaque dans le Thalys : le témoignage poignant de Jean-Hugues Anglade

Attaque dans le Thalys : le témoignage poignant de Jean-Hugues Anglade

Jean-Hugues Anglade.

A lire aussi

Roxane Centola

Vendredi 21 août, Jean-Hugues Anglade faisait partie des voyageurs du Thalys qui ont fait face à Ayoub el Khazzani. Blessé à la main alors qu'il tentait d'actionner le signal d'alarme afin de stopper le train, l'acteur donne de ses nouvelles et témoigne dans un entretien exclusif pour Paris Match. Tout est allé très vite pour le héros de la série Braquo , qui n'avait jamais imaginé vivre une telle situation : "Nous avons entendu des passagers hurler en anglais 'Il tire ! Il tire ! Il a une kalachnikov !' J'étais avec mes deux enfants et ma compagne, autour de nous, il y avait une quinzaine de passagers. Tout à coup, des membres du personnel navigant ont couru dans le couloir (...) Ils se dirigeaient vers la motrice, leur wagon de travail. Ils l'ont ouvert avec une clef spéciale, puis se sont enfermés à l'intérieur... Le tireur était à quelque dizaines de mètres de nous, dans le wagon numéro 12" explique-t-il. Jean-Hugues Anglade, ainsi que tous les autres voyageurs, se retrouvent alors seuls et piégés dans un wagon clos et un train qui roule à pleine vitesse : "L'homme armé venait vers nous, il était déterminé. J'ai pensé que c'était la fin, que nous allions mourir, qu'il allait tous nous tuer. Oui, on s'est vu mourir car nous étions prisonniers de ce train, et qu'il était impossible de s'échapper de ce cauchemar. (...) On cherchait tous une issue, un moyen de s'enfuir, de survivre. J'ai brisé la vitre pour tirer l'alarme pour arrêter le Thalys ! Le verre a méchamment entaillé mon majeur jusqu'à l'os, et les machines ont ralenti. Mais nous étions toujours bloqués à l'intérieur".Mais c'est lorsqu'il n'y a plus d'espoir que tout bascule : trois soldats américains présents dans le Thalys se mettent en travers du tireur pour l'arrêter : "Puis, un jeune homme, Anthony Sadler, a accouru dans notre voiture, criant que le tireur était maitrisé par des soldats américains en permission, que tout allait bien. Il nous a rassurés (...) J'ai eu cinq points de suture, mais le tendon n'est pas atteint. Nous sommes choqués, mais nous sommes en vie, et c'est l'essentiel. (...) C'est un miracle. Nous avons eu une chance incroyable d'avoir ces soldats américains. Je veux rendre hommage à leur courage héroïque, et les remercier, sans eux, nous serions tous morts."

 
8 commentaires - Attaque dans le Thalys : le témoignage poignant de Jean-Hugues Anglade
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]