Audrey Fleurot : "Je ne me sens pas très fatale dans la vie !"

Chargement en cours
 Audrey Fleurot assiste au défilé de mode Léonard, le 7 mars 2016.

Audrey Fleurot assiste au défilé de mode Léonard, le 7 mars 2016.

1/2
© BestImage, CVS/Veeren
A lire aussi

Fabien Gallet

Le 06 avril prochain, c'est dans la comédie fantastique Le Fantôme de Canterville que l'on retrouvera Audrey Fleurot. Quelques jours avant la sortie de ce film, la rousse incendiaire de 38 ans, maman depuis quelques mois seulement, revient sur l'image qui lui colle à la peau, celle d'une femme fatale, dans les pages du magazine Gala, en kiosque le 30 mars 2016.

Elle en fait fantasmer plus d'un, à commencer par Omar Sy dans Intouchables. Pourtant, Audrey Fleurot n'a, selon elle, pas toujours dégagé cette aura de femme séduisante et sexy. Encore aujourd'hui, la comédienne avoue ne "pas vraiment" se reconnaître dans cette image de femme fatale qu'on lui prête. "Je ne me sens pas très fatale dans la vie !, ajoute même la belle rousse. C'est juste un des personnages de ma galerie".

Très modeste, Audrey Fleurot assure même avoir traversé une période difficile : "Adolescente, j'étais très laide, se souvient-elle. Comme je suis myope, je portais des lunettes avec des verres épais comme des fonds de bouteille qui me faisaient des yeux minuscules, j'avais deux appareils dentaires, trente kilos de plus, et je me lançais dans des recherches capillaires improbables".

N'ayant, à ses yeux, pas les moyens d'imposer son physique, elle a trouvé la solution: "J'ai vite compris que le charme n'était pas mon atout immédiat et comme j'étais rousse et ne passais donc pas inaperçue, j'ai développé l'hu­mour pour avoir des amis, pour être populaire, révèle l'actrice. Du coup, quand on me renvoie une image très valorisante physiquement, j'ai envie de dire : 'Mais si vous saviez à quel point je suis une arnaque !', parce que, dans ma tête, je reste cette adolescente-là !".

Son premier amour lui permettra finalement de s'affranchir de cette image négative. "Le transfert affectif m'a permis de régler mon problème de boulimie et j'ai commencé à mincir, confie-t-elle. Ensuite, quand je suis entrée à l'école de théâtre, j'ai vite compris que si je ne voulais pas être cantonnée aux rôles de grands-mères ou de mères, il allait falloir perdre encore du poids et je me suis mise au sport. Depuis, j'en fais quasiment tous les jours", conclut Audrey Fleurot.

 
0 commentaire - Audrey Fleurot : "Je ne me sens pas très fatale dans la vie !"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]