Benoît Magimel : "J'essaie d'être quelqu'un de bien, c'est très dur"

Chargement en cours
 Benoît Magimel au cours du 68e Festival de Cannes, le 13 mai 2015.

Benoît Magimel au cours du 68e Festival de Cannes, le 13 mai 2015.

1/2
© BestImage, Dominique Jacovides
A lire aussi

Fabien Gallet

Le 24 mai prochain devrait tomber le verdict du procès de Benoît Magimel, ouvert le 15 avril 2016. Jugé pour "délit de fuite", "usage de stupéfiants" et "blessures involontaires", après avoir renversé une femme de 62 ans, l'acteur de 41 ans saura quelles sanctions seront appliquées (amende de 5 000 euros et/ou une suspension du permis de conduire d'un an). Ce n'est pas la première fois que le comédien qui a fait part de sa toxicomanie devant le parquet fait un écart de conduite. C'est ce qu'il confiait il y a peu dans une interview accordée à NEON.

Le comédien césarisé pour son rôle dans La Tête haute, cache un passé surprenant. Quelques jours avant sa garde à vue, Benoît Magimel s'est livré sur son adolescence quelque peu tumultueuse. En effet, le jeune homme de l'époque n'hésitait pas à faire les quatre cents coups ! "Quand tu n'as pas beaucoup d'argent et que t'essaies de t'en sortir, a-t-il expliqué, tu deviens un peu filou. À force de traîner, t'es témoin de plein de choses, c'est une expérience, tu deviens vite débrouillard".

D'ailleurs, sa récente expérience auprès des gardiens de la paix n'est pas la première. "Je me suis déjà fait embarquer à 13 ans pour avoir été un 'mineur en danger moral'. C'était le grand truc des années 1980 : si t'étais mineur et que tu te faisais choper à Paris dans la rue après minuit, les policiers t'em­me­naient", s'est souvenu l'acteur avouant au passage avoir "passé des nuits au poste". "Mais c'était surtout pour éviter de réveiller ma mère en pleine nuit, a-t-il précisé. Je vivais pleinement ma jeunesse sans avoir peur de rien".

Il faut dire que sa gueule d'ange l'a considérablement aidé : "Quand tu es blond aux yeux bleus, c'est plus simple d'al­ler dans un magasin pour voler des bombes de peinture. Mes potes m'uti­li­saient pour faire diversion. J'ai toujours joué de ce côté angélique qui n'était pas réel", a admis Benoît Magimel.

Les années ont passé et le comédien s'est efforcé de faire preuve d'intégrité. "J'as­pire à une certaine droiture. Depuis longtemps, j'es­saie d'être quelqu'un de bien, c'est très dur", a avoué celui qui se frotte pourtant à la justice depuis quelques semanines. "C'est plus facile d'être un enc**é ou une crapule !", a néanmoins reconnu celui que l'on pourra découvrir dans la série Marseille, diffusée dès le 5 mai 2016 sur Netflix.

 
2 commentaires - Benoît Magimel : "J'essaie d'être quelqu'un de bien, c'est très dur"
  • Bully1 -

    C est clair ; Surtout quand on ne l 'est pas a la base !


    cqfod

  • mimie72 -

    Mais vous êtes quelqu'un de bien Monsieur Magimel. Vous avez beaucoup de talent, alors continuez votre route..........et vous savez mieux que quiconque que la vie n'est pas un long fleuve tranquille......

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]