Catherine Laborde lève le voile sur son enfance : "Tout me faisait peur"

Chargement en cours
 Catherine Laborde assiste au lancement des collections Delacre en faveur de l'association  Toutes à l'Ecole  à Paris, en septembre 2015.

Catherine Laborde assiste au lancement des collections Delacre en faveur de l'association Toutes à l'Ecole à Paris, en septembre 2015.

1/2
© Abaca, Aurore Marechal
A lire aussi

Fabien Gallet

Catherine Laborde n'est pas seulement présentatrice météo sur TF1. Cette dernière a bien d'autres cordes à son arc ! Également comédienne et écrivain, elle s'illustre avec un nouvel ouvrage intitulé Les Chagrins ont la vie dure (éditions Flammarion). L'occasion pour la journaliste de se confier à Gala et de revenir, notamment, sur ses souvenirs d'enfance.

A la vue de quelques photos de famille ressorties pour l'occasion, Catherine Laborde, seconde fille d'une famille qui en compte trois, explique que "ce sont les moments partagés avec (ses) soeurs qui jaillissent" dans un premier temps. "Geneviève, mon aînée d'une petite année, et Françoise, ma cadette de deux ans (...) Bien qu'en sandwich entre ces deux fortes personnalités, j'ai eu du mal à trouver ma place", indique-t-elle.

La présentatrice météo et ses soeurs, grandissent ensemble à Bordeaux avec des parents proches de la culture espagnole : une mère "originaire des Asturies, où (son) grand-père travaillait dans les mines", et un papa "gascon et professeur d'anglais". Un cadre familial où règne le bonheur mais très marqué par le passé : "Ils étaient meurtris par la guerre, maman surtout, raconte Catherine Laborde. Entrée dans la résistance, elle a perdu beaucoup de camarades. Très proche d'elle, je ressentais sa douleur, qui déteignait sur moi malgré une enfance très heureuse." Son père lui, était "très généreux". "Soucieux de notre bonheur, il nous gâtait : leçons de piano et de danse, séjours à l'étranger, nous étions comblées", précise la journaliste.

Néanmoins, à l'époque, cette dernière n'en est pas moins "timorée et rêveuse". "Dehors, précise-t-elle, les chiens, les araignées, les souris, les chevaux ... tout me faisait peur ! J'ai quitté le giron maternel à reculons pour aller à l'école, que je détestais", se souvient celle qui, souhaitant "faire plaisir à tout le monde" et ne pas contrarier ses parents s'est "appliquée, bonne élève malgré (elle)". Finalement, après une licence d'anglais, elle tente de réaliser son rêve, "devenir actrice", et convainc son père de la "laisser monter à Paris pour débuter sur les planches, brûlant la priorité à Françoise qui caressait elle aussi le rêve d'être comédienne."

Aujourd'hui, la réalité a pris le pas sur les rêves : "La vie en a décidé autrement et nous sommes toutes les deux devenues journalistes télé...", conclut Catherine Laborde.

 
55 commentaires - Catherine Laborde lève le voile sur son enfance : "Tout me faisait peur"
  • avatar
    sibanac -

    elle ressemble a une vieille figue sèche

  • avatar
    Babou_ -

    En écrivant là . je vois la tronche à Hanouna et sa bande de dégénérés .. ça fout la trouille .. lol

  • avatar
    catora -

    journaliste ??? (avec les avantages fiscaux) alors qu'elle présente la météo? il y a des carrières bien fulgurantes !!!

  • avatar
    ENEZ56 -

    Ses états d'âme : on s'en fout ! Cà n'intéresse personne .

  • avatar
    doudoumetz -

    Un conseil - Catherine ! - il vous faut varier votre commentaire et surtout parler moins vite et plus fort sinon vous engendrez la monotonie. Parler d'un ton monocorde et récitatif n'a rien d'original. Est-ce votre phobie qui vous fait parler pour vous-même et non pas pour les autres. Vous êtes sans doute lettrée mais il faut savoir laisser la place aux jeunes !!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]