Chimène Badi : "Je ne veux pas avoir honte de ma religion"

Chimène Badi : "Je ne veux pas avoir honte de ma religion"

Chimène Badi

A lire aussi

Fabien Gallet

Les stars sont bien souvent confrontées aux critiques et ce n'est pas Chimène Badi qui dira le contraire. Interrogée par Paris Match à l'occasion du Concert pour la tolérance qui se tient chaque année à Agadir, au Maroc, la chanteuse évoque son combat contre l'intolérance. "J'ai dû apprendre à faire face. Mais j'avoue que c'est parfois très violent. J'en ai pris plein la tête car j'étais différente", confie-t-elle. La chanteuse, révélée par Valéry Zeitoun dans l'émission Popstars, en dit plus sur cette sombre période. "Plus jeune, j'ai trop souffert des intolérants. J'ai eu des profs racistes qui faisaient tout pour me déstabiliser."

Mais aujourd'hui encore, la jeune femme de 33 ans doit vivre avec le jugement de ses détracteurs, notamment sur sa religion. "J'entends tellement de choses sur l'Islam. Les gens font des amalgames et pourtant, c'est une religion tellement tolérante. Je ne veux pas avoir honte de ma religion mais malheureusement, des extrémistes se cachent derrière l'islam pour commettre des actes de barbarie" déplore l'artiste dont le dernier album, Au-delà des maux, est disponible depuis le mois d'août dernier. "Ça me fait vraiment mal au ventre", ajoute-t-elle.

C'est également sur son apparence que Chimène Badi est souvent attaquée. "Au début, tout allait bien, puis c'est devenu plus sombre. On me disait : 'Vous chan­tez bien, mais c'est dommage, vous n'êtes pas belle...' J'ai encaissé, mais j'ai aussi morflé", expliquait-elle il y a peu au journal Gala. "Je ne contrôlais tellement plus rien que je suis tombée dans l'anorexie et la boulimie. Difficile de s'en sortir mais aujourd'hui, à 33 ans, je suis guérie", précise-t-elle à Paris Match.

Pour autant, les critiques endurées n'ont pas empêché la jeune femme d'embrasser une carrière auréolée de succès. Cette année, après Chimène Badi, ce sont Maitre Gims, Vianney, Marina Kaye ou encore Zaz qui viendront chanter pour la tolérance. Ensemble, le Concert pour la Tolérance, présenté par Kev Adams et Audrey Lamy sera diffusé sur W9 le 17 octobre prochain.

 
10 commentaires - Chimène Badi : "Je ne veux pas avoir honte de ma religion"
  • juin1981 -

    je ne rentre pas dans un commerce où il y a du halal : non, mais, on est en France et je veux vivre à la française

    germaitienne -

    d'accord avec vous -

  • pacific -

    Continuez Chimène, vous chanter super et surtout vous êtes belle. Laissez les racistes de côté ce sont des imbéciles!!!!!

  • jeroni -

    Pas de qui propos raciste ou d'arrière pensée, merci d'avance.

  • jeroni -

    D'abord, il n'y a qu'une seule race " homos sapiens", je souhaite vous dire que j'ai moi souffert à cause de ma religion " catholique" vis à vis de Français de souche comme moi, le rejet et l'humiliation, je crois qu'il est grand temps d'évolué pour certains Français de souche. Apprenez à écouter votre conscience au lieu de votre instinct primaire. Des sous entendus racistes devraient être bannis des documentaires.

    jacris -

    OK C'est pour ça que beaucoup disent pas de religions sur la place et lieux publiques ,que chez soit . Et si les cathos sont parfois envahissants , il faut reconnaître de l'islam veut bouleverser notre manière de vivre . Et surtout ne vous abriter pas derrière le racisme comme c'est la mode en ce moment car des pratiquants de l'islam il y en a de toutes couleurs et beaucoup de Français de souche . Mais tellement facile de traiter l'autre de raciste ,les politiques s'en servent et le bon peuple suit !

  • Arx -

    En France laïque, il y a la liberté de religion, on peut donc être chrétien, musulman, juif ou yézidis sans crainte, dans les limites de lois votées démocratiquement par les représentants du peuple. Ce qui intrigue par contre, c'est que beaucoup d'enfants d'immigrés se plaignent d'avoir eu des professeurs racistes et subi des brimades, alors que ceux ci sont réputés partager des valeurs de gauche, ce qui semble incompatible. Si c'est vrai c'est a dénoncer.

    lamafachet -

    Les ados sont paranos, les profs leur en veulent de toute façon,et chez les jeunes issus de l'émigration, c'est multiplié par 10. Leur dire : tais-toi et travaille", c'est déjà du racisme. Leur donner une mauvaise note, c'est du racisme aggravé. Si cette personne raisonne encore ainsi, c'est simplement la preuve qu'elle n'a pas mûri.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]