Coups de gueule : Muriel Robin se fâche sur les plateaux télé

Coups de gueule : Muriel Robin se fâche sur les plateaux télé

Portrait de Muriel Robin réalisé à Paris le 20 mars 2012.

A lire aussi

Jessica Rat

En pleine promotion d'"Ils s'aiment depuis 20 ans", où elle se met pour la première fois en scène au côté de son couple de comédiens fétiche, Michèle Laroque et Pierre Palmade, Muriel Robin, régulièrement invitée des médias ces derniers temps, exprime son ras-le-bol sur quelques sujets d'actualité.

L'humoriste profite de la visibilité dont elle bénéficie actuellement pour dire haut et fort ce qu'elle a sur le coeur : retour sur trois de ses coups de gueule marquants.

"Je ne voterai pas", lâche-t-elle sur le plateau de La nouvelle édition

Muriel Robin et Pierre Palmade continuent de faire la promotion de leur spectacle, lancé en septembre dernier, avec un passage dans l'émission de Daphné Bürki diffusée le mercredi 4 janvier 2017 sur C8. La conversation prend un tournant politique, et l'animatrice demande à ses invités s'ils comptent aller voter à la prochaine élection présidentielle. L'actrice et humoriste répond alors franco : "Moi je ne voterai pas". De quoi susciter une petite surprise sur le plateau, et pousser les chroniqueurs de La nouvelle édition à chercher à en savoir plus.

"À la primaire de la gauche ou aussi en mai ?", lui demande-t-on. "Je ne voterai pas, je ne veux plus voter", insiste-t-elle abruptement. La comédienne explique, sans trop s'étaler, qu'elle "n'y croit plus", ajoutant qu'elle "ne se déplacera pas pour un bulletin blanc". La séquence est brève et a le mérite d'être claire. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que Muriel Robin laisse entendre son ras-le-bol vis-à-vis de la politique...

La grâce accordée à Jacqueline Sauvage : "C'est un geste fort (...) mais ça arrive tard"

Le jeudi 29 décembre 2016, au lendemain de la grâce totale accordée par François Hollande à Jacqueline Sauvage, l'humoriste se voit appelée par un journaliste de RTL pour son opinion sur le sujet. Visiblement très touchée par l'affaire, elle fait alors part de sa colère quant au manque d'implication sur la question des femmes battues. "C'est un geste fort", reconnaît-elle ainsi à la radio venant du Président de la République - qu'elle compare non sans humour à un "super Père Noël" - avant de préciser : "Mais oui ça arrive tard (...) Faut enfin prendre ce sujet à bras le corps et à bras le coeur. Il y a quand même une femme tous les trois jours qui décède sous les coups de son conjoint."

Ajoutant que la décision présidentielle fait preuve de plus "d'humanité" que de "justice", concédant en effet la difficulté de l'affaire, Muriel Robin parle de véritable "fléau" et demande à ce qu'il y ait des "formations pour les gens, pour la police, pour les avocats, à l'école". Et de poursuivre : "Il faut en parler. Il faut maintenant passer une vitesse au-dessus, au nom du respect de la femme, au nom de la décence. Parce que nous sommes toutes des Jacqueline Sauvage, mais nous sommes toutes aussi des Eva Darlan (actrice à l'origine du comité de soutien pour Jacqueline Sauvage, elle-même battue et agressée sexuellement par le passé, ndlr.) Et on va se battre au nom de la défense."

Et avant cela, le débat sur l'IVG : "Ça me fatigue ces hommes qui décident pour les femmes"

C'était le 10 décembre 2016, sur le plateau de Thierry Ardisson dans Salut les Terriens. Alors que les invités - masculins - discutent des propos de François Fillon sur l'avortement, la comédienne interrompt la conversation en lâchant, exaspérée : "Non mais ça me fatigue ces hommes qui décident pour les femmes." Avec le soutien du public, entre rires et applaudissements, elle part alors dans un élan d'agacement : "On est entre les mains des hommes comme si on n'était rien, quoi. C'est un homme qui va peut-être décider tout d'un coup que c'est non, il n'y a plus d'avortement (...) Pour quoi on nous prend ? On en est que là ? Je suis humiliée, je suis insultée, je suis offensée."

Muriel Robin poursuit, davantage sur le ton de la dérision pour détendre l'atmosphère : "Ça va, ça se passe bien entre vous les mecs, tout va bien ? Dites-nous hein, on couche, on pond, qu'est-ce qui vous arrange ? Devant, derrière, la bouche ? Dites-nous ! Trois enfants, deux ? On les garde, on prend ceux des autres ? Dites-nous hein, dites-nous !" Mais finit quand même sur trois mots qui semblent sortir droit du coeur : "Pauvre Simone Veil."

 
485 commentaires - Coups de gueule : Muriel Robin se fâche sur les plateaux télé
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]