Daniel Balavoine : sa fille Joana se confie pour la première fois

Daniel Balavoine : sa fille Joana se confie pour la première fois

Daniel Balavoine.

A lire aussi

Roxane Centola

Alors que le monde de la musique s'apprête à honorer les 30 ans du décès de Daniel Balavoine (avec notamment un album de reprises par plusieurs artistes français), sa fille Joana se confie pour la première fois dans les pages de Paris Match. Elle revient notamment sur l'importance de porter le nom de Balavoine et avec émotion, sur le fait de grandir sans père.

"Je suis née en juin 1986, mon papa est mort cinq mois avant... Et naturellement, comme ils n'étaient pas mariés, je portais le nom de ma mère. (...) Il a fallu faire des démarches administratives un peu fastidieuses, qui finalement ont abouti", explique sobrement Joana. Autorisée par la loi à porter le nom Balavoine, la fille de l'interprète de Sauver l'amour poursuit : "Dans ce nom, Balavoine, il y a l'idée de se battre. Et il y a la voix. (...) Pourquoi je changerais un tel étendard ? Ça donne des ailes".

Aujourd'hui fière de son père et de son héritage, elle a aussi beaucoup souffert de l'absence de ce dernier : "Je l'ai beaucoup rejeté. Les gens me parlaient d'un mec que je ne connaissais pas. D'un homme qui semblait leur appartenir et qui n'était pas à moi. Il y a ce paradoxe entre son absence et sa présence permanente. Je n'arrivais pas à m'approprier cet homme public, à me convaincre que c'était mon père. J'avais peur de tomber dans le syndrome de la 'fille de', d'être obligée de lui ressembler parce que les gens attendaient ça. Je devais me mesurer à lui pour être à sa hauteur. Ses chansons me touchaient, mais je ne voulais pas aller chercher un père dont je savais qu'il ne pourrait jamais être là, avec moi. (...) Et puis j'ai grandi, et j'ai compris que l'on ne peut pas avancer dans la vie sans se connecter avec ses racines".

Si elle n'a jamais eu la chance de rencontrer son père et de partager de beaux moments avec lui, elle le découvre aujourd'hui à travers ses mots, ses écrits et ses engagements. D'ailleurs, elle le décrit comme tel : "Essentiel, engagé, sanguin, authentique : ce sont les mots qui me viennent à l'esprit". Des mots qui raisonneront chez tout le monde, que l'on soit fan ou non du travail de Daniel Balavoine.

 
62 commentaires - Daniel Balavoine : sa fille Joana se confie pour la première fois
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]