Daniel Balavoine : ses plus grands coups d'éclat à la télévision

Chargement en cours
 Daniel Balavoine - L\

Daniel Balavoine - L'hommage, 30 ans après sa disparition.

1/3
© BestImage
A lire aussi

Fabien Gallet

Le 14 janvier 1986, la France est sous le choc. Elle vient de perdre l'un de ses chanteurs populaires les plus doués, dans un accident d'hélicoptère, en marge du Paris-Dakar. Trente ans après sa disparition, Daniel Balavoine reste l'une des figures incontournables de la chanson française, dont les tubes mais aussi les combats, marqueront à jamais le public. Engagé et résolument humain, l'interprète de L'Aziza, s'est toujours exprimé avec franchise, quitte à faire part de ses opinions avec plus ou moins de tact. En témoignent certaines de ses apparitions télévisuelles devenues cultes. Retour sur ses plus grands coups d'éclat.

19 mars 1980 : Balavoine vs François Mitterrand

Invité sur le plateau du journal de la mi-journée d'Antenne 2, Daniel Balavoine s'impatiente fortement pendant que l'ancien président de la République, François Mitterrand, alors premier secrétaire du Parti socialiste, répond aux questions des journalistes. Profondément agacé par la situation, il coupe l'homme politique : "Ça fait 3/4 d'heure que je m'ennuie à entendre des bêtises", lance-t-il avant d'ajouter : "Alors maintenant si je peux rien dire avant la fin de l'émission (...), j'aurai le temps, une minute, de m'énerver, juste de m'énerver et de paraître pour un petit merdeux, un petit jeune de banlieue qui fout la pagaille partout ... je préfère m'en aller tout de suite." Après avoir quitté le plateau, le chanteur accepte de revenir et de s'expliquer. "Vous avez parlé pendant dix minutes au moins de l'affaire Georges Marchais, dont tout le monde se fout strictement, dit-il. Tout ça, ce sont des bêtises (...). On ne s'en aperçoit peut-être pas, mais vous ne pouvez pas imaginer ce que c'est, pour un jeune, d'avoir la possibilité de parler une minute ! C'est pour ça que j'avais peur de ne pas pouvoir parler. (...) C'est un avertissement. J'ai peut-être du culot de faire ça. Ce que je peux vous dire, c'est que la jeunesse se désespère, elle est profondément désespérée parce qu'elle n'a plus d'appuis, elle ne croit plus en la politique française (...). Il faut que les grandes personnes qui dirigent le monde soient prévenues que les jeunes vont finir par virer du mauvais côté, parce qu'ils n'auront plus d'autres solutions. Voilà ! et je vous remercie de m'avoir laissé parler !", conclut l'artiste.

23 octobre 1983 : "J'emmerde les anciens combattants"

Invité de 7/7 sur TF1, Daniel Balavoine se rend sur le plateau de l'émission après avoir appris le matin même, qu'un attentat meurtrier avait frappé Beyrouth, au Liban, ville dans laquelle l'un de ses frères est contingent. Ce dernier n'a finalement pas été blessé, mais c'est bouleversé par cet événement que le chanteur prend la parole. "Je voudrais dire devant tout le monde que j'emmerde les anciens combattants, qu'on a autre chose à foutre que s'occuper des anciennes guerres", argue-t-il, sans se douter que ses mots auront un effet retentissant. "Si mon frère pouvait m'entendre, je lui dirais de revenir parce qu'on lui dit qu'il va là-bas pour la paix et ce sont des mensonges ! Il va là-bas pour les enfoirés des pouvoirs qui ont créé les guerres", poursuit-il avant d'ajouter : "Il faut qu'on nous change la vie, on voudrait apprendre à nos enfants autre chose que ce qu'on nous a appris (...) Alors je dis que tout ça suffit, qu'il nous faut la paix, qu'on veut la vraie paix (...) J'emmerde tous les pouvoirs et leurs idéologies quels qu'ils soient. Et j'emmerde en même temps ceux qui croient que c'est facile de le faire parce qu'ils n'ont qu'à venir le faire à ma place." Des propos qui n'ont pas manqué de faire réagir les anciens combattants.

5 novembre 1983 : Champs-Elysée

Daniel Balavoine est invité sur le plateau de Champs-Elysée, la fameuse émission de Michel Drucker. Le chanteur revient alors sur ses paroles dans 7/7. "Ce que j'ai dit ce jour-là était exclusivement et très clairement adressé à ceux qui souhaitent à la jeunesse actuelle comme ils disent 'une bonne guerre' pour qu'elle apprenne à vivre. Alors si ceux-là ont pris ces propos pour eux, je leur dit encore ce soir : ils ont eu bien raison, confie-t-il. Si ce jour-là, ma manière de m'exprimer a fait qu'ils se sont sentis visés par mes propos, ça je le regrette, je dis pas que je m'excuse (...). Je veux dire, je suis navré parce que ce n'était pas le but". Et de poursuivre : "Je ne partirais pas d'ici sans dire que contrairement à ce que souhaitent certains je ne suis pas un chanteur marionnette et que, avant d'être un chanteur, je suis un homme, avec ses emportements, ses excès, ses colères. Mais que je suis d'abord un homme qui aime la liberté , qui aime l'espoir". Des excuses entendues par les principaux intéressés que le chanteur terminera avec une bien belle phrase : "Se battre pour la paix c'est se battre pour la vie et la nature fera le reste." Des paroles à son image d'artiste engagé.

Trente ans après son décès, Daniel Balavoine fait toujours l'objet de nombreux hommages, notamment en musique avec un album hommage, composé de reprises du chanteur interprétéées par Calogero, Francis Cabrel ou encore Marina Kaye.

 
1 commentaire - Daniel Balavoine : ses plus grands coups d'éclat à la télévision
  • vanima -

    Un artiste exceptionnel tant par sa voix, son talent d'auteur et sa personnalité.
    Daniel, tu nous as quitté il y a trente ans maintenant, mais tes chansons nous resteront, nous ne t'oublierons jamais !!!
    Et même si je ne partage pas toujours ses idées, il était un chanteur engagé quitte à déplaire et c'est ce qui manque dans notre société d'aujourd'hui. Tu avais peut être mauvais caractère mais tu étais passionné, et tes chansons en sont le reflet.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]