David Cameron part mais Larry le chat reste !

Chargement en cours
 Le chat Larry devant l'entrée du 10 Downing Street à Londres, le 24 juin 2016.

Le chat Larry devant l'entrée du 10 Downing Street à Londres, le 24 juin 2016.

1/2
© Abaca, Michael Kappeler/DPA
A lire aussi

Hélène Demarly

Suite au Brexit, David Cameron, bel et bien obligé de démissionner, cède sa place de Premier ministre à Theresa May ce 13 juillet 2016. L'heure de faire ses cartons a donc sonné au 10 Downing Street mais pas pour un des locataires : le chat, Larry.

Au départ, il était question que Larry parte lui aussi suivre David Cameron et sa famille vers de nouvelles aventures. Mais finalement, un porte-parole du bureau du Premier ministre a dû démentir cette rumeur persistante : "Il reste. C'est le chat de Downing Street pas celui des Cameron".

Larry, qui se balade dans la maison depuis 2011 n'est donc pas prêt d'en bouger. Ce chat de la SPA avait été amené au départ pour chasser les rats et les souris, après qu'un rat ait été aperçu lors d'un bulletin d'information télévisé devant la célèbre porte noire londonienne. Mais son efficacité a toujours été mise en doute, le gros matou semblant plus doué pour l'art de la sieste que pour celui de la chasse. Passant la plupart de son temps, selon le porte-parole, à "tester la qualité des meubles anciens pour ses siestes".

Il faut dire que l'ancien chat de gouttière a changé littéralement de train de vie en arrivant chez les Cameron : couvert de cadeaux et de friandises par ses fans (car oui, le chat Larry compte de nombreux admirateurs), il semble avoir désormais des goûts de luxe. Le matou est, en réalité, loin d'être le premier à squatter les canapés des Premiers ministres britanniques. Downing Street possède un chat pour chasser les rats depuis 1920. Certains ont même reçu le titre de "chasseur de souris en chef du siège du gouvernement", et recevaient à ce titre un salaire. Pas "Larry the Cat". Victime malgré lui de l'austérité, il travaille gratuitement.

Le chat aurait aussi un penchant pour la bagarre, une journaliste de la BBC, Laura Kuenssberg, a posté sur son compte Twitter, le 11 juillet dernier, une vidéo de lui en train de se disputer violemment avec Palmerston, le chat du ministère voisin des Affaires étrangères, adopté en avril.

Espérons que Larry saura en tout cas bien se tenir lors de l'arrivée de sa nouvelle maîtresse Theresa May.

 
7 commentaires - David Cameron part mais Larry le chat reste !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]