Dominique Farrugia évoque son combat secret contre la sclérose en plaques

Chargement en cours
 Dominique Farrugia visite l\

Dominique Farrugia visite l'exposition Lumière ! Le Cinéma Inventé, au Grand Palais à Paris, en mars 2015.

1/2
© Abaca, Nicolas Gouhier
A lire aussi

Fabien Gallet

Mardi 1er mars, Marc-Olivier Fogiel a convié Dominique Farrugia sur le Divan de son émission diffusée sur France 3. Comme de nombreux invités avant lui, l'humoriste qui a fait la gloire des Nuls aux côtés de Chantal Lauby, Alain Chabat et Bruno Carette, est revenu sur son enfance, sa carrière mais aussi sur sa santé. En effet, il y a plus de vingt ans, ce dernier s'est vu diagnostiquer une terrible maladie : la sclérose en plaques.

C'est un mal qui le ronge depuis de nombreuses années. Une maladie qui n'a pas tout de suite été découverte selon Dominique Farrugia. Après l'apparition des premiers symptômes, des fourmillements partout dans le corps à une chute sur le tournage d'un sketch des Nuls, "on a mis un an à diagnostiquer ma maladie". Cette sclérose en plaques, le comédien l'avait déjà "pendant Les Nuls l'émission et pendant La Cité de la peur", paru en 1994. "Je ne me suis pas du tout ménagé pendant ces années-là, a-t-il raconté à Marc-Olivier Fogiel avant de poursuivre : "Je sortais beaucoup avec Jean-Luc Delarue , qui était un vrai pote à l'époque et je ne me suis pas du tout épargné."

Et pour cause, personne ne l'informe de la gravité de cette maladie. "Il n'y avait pas Inter­net, il n'y avait pas Google. Donc, on ne pouvait pas aller taper et savoir exactement ce que c'était que la sclérose en plaques qui était un truc assez bizarre." D'autant plus que "le docteur n'a pas voulu (lui) faire peur", en lui expliquan que les symptômes étaient susceptibles d'évoluer, jusqu'à la paralysie.

Plus combatif que jamais, Domi­nique Farru­gia fait alors le choix de garder secret son problème de santé. "Je pense qu'ils n'ont jamais compris que j'étais malade mes parents, jusqu'à ce qu'ils me voient vraiment malade", a-t-il avoué avant de préciser : "J'ai toujours essayé de faire exactement comme c'était avant. J'en ai peu parlé parce que je n'avais pas envie qu'on me voit comme un malade. Je l'ai cachée pendant dix ans de ma vie pour continuer à travailler, à faire des sketchs, à réaliser mon premier film... pour ne pas que ça entrave mon activité professionnelle", a conclu celui qui, après en avoir "eu marre de la cacher", décidait finalement de parler de sa sclérose en plaques dans une des émissions de Thierry Ardisson.

 
26 commentaires - Dominique Farrugia évoque son combat secret contre la sclérose en plaques
  • dom06 -

    Pourquoi réagissez vous de cette façon...( moqueuse)??? allez sur d'autres sujets,ou vous pourrez vous défoulez. Croyez cette maladie c'est dur au même titre que la SLA vous pouvez me croire..

  • papimouzo -

    Encore ce type il faut arreter

  • Quantique -

    N'exagérons pas, la SEP est connue depuis très longtemps et même sans internet, pas besoin de beaucoup chercher pour savoir ce que peut faire cette maladie.
    Elle touche je crois une personne sur 6000 environ et beaucoup connaissent quelqu'un qui en souffre.
    Pour ma part, outre une tante décédée à 30 ans d'une forme agressive en moins de 2 ans, je connais une demi-douzaine de personnes qui en souffrent.
    Son évolution est très variable, certains passent leurs vies entières avec sans réels symptômes, d'autres ont une descente encore plus agressive que la SLA.

  • AA81 -

    Cette maladie n'est pas assez connue du "grand public". Je l'ai depuis 2007 et comme beaucoup je l'ai niée continuant à vivre à 100 à l'heure. Peu à peu elle m'a tout pris de ce qu'était ma vie jusqu'au déclin final en 2012. Peu de personnes comprenaient pourquoi dans une semaine je passais de la marche normale, à la canne, au fauteuil et à l'hôpital. Les brusques changements d'humeurs, les oublis et les coups brutaux de fatigues. en tant qu'ex hyper actif, je n'ai pas écouté les neros qui me répétaient sans cesse "Ménagez vous". Résultat : en 5 ans, je suis passé de volcan à larve écrabouillée.............. Pour le coup j'ai compris mais trop tard........ Mais maintenant en tant qu'escargot de compétition "quand ça va bien" ou larve poussive "quand j'ai trop tiré sur la corde ou que ma SEP me joue un tour à sa manière", nous cohabitons tout en essayant de garder la barre mais surtout un moral en bêton armé pour la combattre. Je considère Dominique Farrugia comme un ambassadeur pour faire connaître et faire comprendre cette maladie vicieuse au possible et qui atteint de plus en plus les hommes (c'était autrefois une maladie de femme souvent après un accouchement) et de plus en plus jeunes.

    betty0 -

    Vous avez trouvé le bon terme : Ambassadeur. Il y a des personnalités qui s'occupent d'associations ou autres. Et bien nous, les sepiens nous avons Mr Farrugia. Bon courage à vous.

    vitavi -

    Votre discours en dit long sur votre courage à lutter contre cette maladie.Bravo à vous,bon courage et longue vie.

  • betty0 -

    Dans les CGU, il est dit de respecter l'avis d'autrui. Je suis d'accord mais ces personnes qui ne connaissent rien à la SEP (ou autre) qu'ils nous respectent aussi. S'ils étaient concernés ou un membre de leur famille, ils ne diraient pas autant de conner...... J'ai une SEP et depuis bientôt six ans, je fais une injection tous les matins et il faut vraiment être motivée!!! Mais, il n'y a PAS LE CHOIX. A ceux qui rien compris, pensez tous les jours : est-ce-que demain je serais en fauteuil roulant ou pas? Bon courage aux Sepiens et merci à ceux qui nous comprennent.

    vitavi -

    Bien sûr qu'on vous comprend!Bon courage à vous et luttez de toutes vos forces.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]