Etienne Daho dresse un bilan de sa carrière dans un documentaire

Etienne Daho dresse un bilan de sa carrière dans un documentaire

Etienne Daho

A lire aussi

Fabien Gallet

Après plus de 30 ans de carrière et une dizaine d'albums à son actif, Etienne Daho s'autorise à dresser le bilan de sa vie artistique. Celui qui, ces dernières semaines a fait l'actualité, avec les sorties quasi simultanées d'une BD signée Alfred et Chavel, baptisée L'homme qui chante, et d'une double compilation retraçant sa carrière, s'offre un documentaire diffusé ce samedi 21 novembre 2015 à 22h20 sur Arte. A cette occasion le chanteur s'est confié aux magazines Grazia et Vanity Fair, en kiosques depuis le 19 novembre.

"Faire de la musique, je suis bien incapable de décrire ce que c'est" : ainsi débute Un itinéraire pop moderne, le documentaire d'Antoine Carlier diffusé par Arte, qui sera suivi d'un concert enregistré à Londres.

Si l'artiste ne trouve pas les mots pour parler de cet art dans lequel il excelle, il propose tout de même quelques éléments de réponses grâce à des images d'archives, des témoignages (Dominique A, Jane Birkin, Lou Doillon ...) et autres documents conservés tout au long de sa carrière. L'occasion pour lui et pour les téléspectateurs de se plonger dans son passé : "C'est un résumé provisoire avant la suite, explique le chanteur à Grazia. C'est agréable parce que ça ne sent pas le sapin." Et après plus de 30 ans passés sur les routes de France, Etienne Daho porte un regard étonné sur son parcours. "Avoir été choisi par le public, c'est un putain de truc, je m'en rends compte maintenant" explique-t-il. Un parcours qui a bien failli se terminer plus tôt que prévu, après une "bénigne opération (qui) s'est malheureusement transformée en péritonite compliquée : cinq heures sur le billard et pas loin de passer de l'autre côté", confiait-il au JDD en août 2015.

Le chanteur est sorti transformé de cet événément : "En vieillissant, on devient ses parents, c'est terrible. Mon père était un hédoniste, volage, fêtard, et ma mère a un fort sens du devoir, du mal à exprimer ses émotions", explique-t-il au magazine Vanity Fair. Et quand le magazine lui demande s'il est "dur d'être aimé par une seule personne", Etienne Daho répond : "Je suis assez idéaliste : j'ai toujours été amoureux et je crois que je le serai toujours. Sur mon lit de mort, j'aimerai l'infirmière ou le croque-mort."

 
1 commentaire - Etienne Daho dresse un bilan de sa carrière dans un documentaire
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]