Fanny Ardant, un regard acéré sur notre temps

Chargement en cours
 Fanny Ardant en marge du Festival "Rendez-vous - Le nouveau cinéma français" à Rome, le 8 avril 2015.

Fanny Ardant en marge du Festival "Rendez-vous - Le nouveau cinéma français" à Rome, le 8 avril 2015.

1/2
© BestImage, SGP
A lire aussi

Fabien Gallet

Fanny Ardant fait son retour sur les planches. À cette occasion, la comédienne de 67 ans s'est confiée au journal Le Parisien, mardi 6 septembre 2016, et en a profité pour livrer sa conception pour le moins caustique du monde d'aujourd'hui.

Elle sera à l'affiche de la pièce de théâtre "Croque-monsieur", dès le mardi 6 septembre 2016, dans laquelle elle interprètera, aux côtés de Bernard Menez, le rôle de Coco, une veuve bourgeoise à la recherche du grand amour, si possible riche, suite au suicide de son cinquième mari. Un personnage haut en couleur qui plaît particulièrement à Fanny Ardant. "Je l'aime d'autant plus à notre époque de moralisateurs et de tristes sires, confie l'actrice au Parisien. Cette fille est une carnassière qui aime les bijoux et les fourrures, elle est l'image même de la provocation que j'aime beaucoup".

La provoc', Fanny Ardant en connaît un rayon. La preuve, elle ne se prive pas pour dire tout haut ce qu'elle pense. Celle qui avoue sans fard ne pas aimer la neutralité n'aurait d'ailleurs qu'une morale, "celle des Dix Commandements". "Tout le reste est loi et je n'ai pas forcément un respect des lois, il y a une surenchère, estime-t-elle, pas cracher ici, pas fumer là, pas parler, marcher à droite... On va pouvoir dire à Paris ce qu'on disait de la Suisse : tout est interdit et ce qui est permis est obligatoire", désespère l'actrice.

"L'état d'urgence est dangereux"

Invitée à s'exprimer sur la société actuelle et sur "notre temps", Fanny Ardant ne mâche pas ses mots et décrit un monde "très violent, sale, égoïste". "Ce qui se passe avec les réfugiés, les attentats et cette peur... ce chacun-chez-soi... Il y a danger de voir arriver des régimes forts, un fascisme larvé", prévient la comédienne avant d'ajouter : "Notre bien le plus précieux est la liberté. Si la sécurité passe avant, c'est fini. L'état d'urgence est dangereux. Certains mettent cinq verrous à leur porte, d'autres la claquent. Qui a raison ? Si le voleur veut entrer, rien ne lui résistera...", poursuit-elle, précisant au passage ne pas avoir de verrou. Et de lancer avec un sarcasme à toute épreuve : "J'ai déjà été cambriolée, il n'y a plus rien."

Un brin défaitiste, la star césarisée pour son rôle dans "Pédale Douce" confie toutefois ne pas vouloir voter en 2017, pour tenter de changer la donne : "Les politiciens se sont déconsidérés, il y a eu une sorte de surenchère pour plaire à l'électorat. Je trouve très bien que les gens votent, mais je ne peux pas. Je n'y crois pas", conclut-elle.

 
8 commentaires - Fanny Ardant, un regard acéré sur notre temps
  • nathalie93 -

    Géniale dans "Pédale douce", magnifique dans "Ridicule" , moqueuse dans le clip "Elle me dit"... Fanny Ardant est une grande dame qui ne se prend pas au sérieux. Je suis d'accord avec elle à propos des politiciens. Moi, je voterai, mais pas pour un de ceux-là !

  • christ5803 -

    Et moi, qui me plaint avec 650 euros par mois.

  • ROYCES73 -

    Fanny a dû fermer ses yeux depuis longtemps.

  • ALL46 -

    Comment se fait-il que les médias ne rapportent que les opinions de chanteurs et d’acteurs (voire de sportifs !...) : Isabelle Adjani, Fanny Ardant, Dechavanne, Christine and the Queens, Diam’s ou Sophie Marceau… ! Geneviève de Fontenay !!! Quelle légitimité ont ces personnes ? Au nom de qui s’expriment-elles ? Pourquoi ne demande-t-on pas plutôt leur avis à de véritables intellectuels ?

  • Bakounine -

    Je l'adore ! Plein d'admiration pour cette Femme Unique !

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]