Fauve s'appelle vraiment Fauve, et ça n'a pas été facile à porter

Chargement en cours
 Fauve Hautot assiste au lancement de la plateforme Asos à Paris, le 12 mai 2016.

Fauve Hautot assiste au lancement de la plateforme Asos à Paris, le 12 mai 2016.

1/2
© Abaca, Alban Wyters
A lire aussi

Fabien Gallet

Fauve Hautot ne s'arrête pas. Alors qu'elle reprendra sa place de jurée dans Danse avec les stars, sur TF1, à la fin de l'année 2016, elle multiplie les projets à l'image du spectacle Saturday Night Fever qui verra le jour dans quelques mois. Malgré son emploi du temps surchargé, elle a pris du temps pour répondre aux questions du magazine Voici, en kiosque vendredi 24 juin, et s'est exprimée sur son enfance et sur son prénom.

Car oui, Fauve Hautot s'appelle vraiment Fauve ! "Vos parents vous ont appelée Ashley, Fauve et Calliope, c'est atypique", lui a-t-on fait remarqué à juste titre, avant de lui demander si ce prénom lui avait permis de s'imposer "plus facilement". "Pas au début !, a répondu la danseuse. Petite, j'étais très timide et on me montrait du doigt. 'Tu as vu, c'est celle qui s'appelle Fauve !'", lançaient les autres enfants, s'est souvenue la belle de 30 ans avant d'ajouter : "Je n'ai pas eu le choix, j'ai dû assumer... Et puis, à 12 ans, j'ai vu le film Sexcrimes, avec Neve Campbell, qui était déglinguée et... rousse. Ça m'a parlé, je me suis aussitôt teint les cheveux...", a-t-elle précisé.

Pour autant, aujourd'hui Fauve remercie son père et sa mère de lui avoir donné un prénom peu commun. "Mes parents sont géniaux, un peu spéciaux, a-t-elle reconnu. Ils sont archi gentils et nous ont donné une super éducation. Mon père a été élevé en milieu rural, à la dure, il a dû travailler à l'âge de 14 ans et n'a pas eu la chance de choisir son métier. Alors il nous a toujours encouragés à faire ce que l'on voulait".

Dans le cas de Fauve, une carrière sur les parquets s'est alors imposée. "Ma grand-mère dirigeait l'équipe locale de majorettes, ma mère est devenue prof de danse, mes deux tantes dansent également, a-t-elle expliqué. Quand ma mère a rencontré mon père, il s'y est mis lui aussi, alors mon frère, ma soeur et moi, on a grandi dans cet univers. Le quotidien était rythmé par les compétitions", s'est souvenue celle qui a joué les demoiselles d'honneur lors du récent mariage d'Alizée et de son ancien collègue Grégoire Lyonnet, avant de conclure : "J'ai commencé à 5 ans et j'ai fait mon premier tableau sur Chaud cacao, d'Annie Cordy".

 
4 commentaires - Fauve s'appelle vraiment Fauve, et ça n'a pas été facile à porter
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]