Frédéric Deban : "Après Sous le soleil, on nous a enterrés vivants"

Chargement en cours
 Frédéric Deban participe au Bastille Day à Paris, en juillet 2008.

Frédéric Deban participe au Bastille Day à Paris, en juillet 2008.

1/2
© Abaca, Januario Helder
A lire aussi

Fabien Gallet

Dans son nouveau livre intitulé Sous le soleil... pas exactement, a paraître le 18 février prochain, l'acteur Frédéric Deban raconte l'envers du décor de Sous le soleil, la série culte diffusée entre 1996 et 2008. A cette occasion Closer, dans son numéro du 12 février 2016, en a dévoilé quelques pages.

Douze ans durant, il a incarné le personnage de Grégory Lacroix, le premier amour de Laure Olivier, jouée par Bénédicte Delmas. Un rôle et une expérience qu'il évoque à coeur ouvert dans son livre, ne cachant pas son amertume. Il faut dire qu'après l'arrêt de la série en 2008, les choses se sont gâtées pour certains acteurs. Lui-même n'a pas trouvé de travail après la fin du feuilleton et pointe du doigt les producteurs. "Je suis devenu bien malgré moi un SDF de luxe. Je suis un acteur populaire et j'assume. Est-ce un délit ? Ce n'est plus un placard dans lequel on nous a mis, mais un cercueil, enterrés vivants. Messieurs les producteurs, c'est bien vous qui avez les yeux rivés sur les audimats ? Que préférez-vous ? Les bides ou les succès ? Qu'avons-nous fait de mal pour être traités de la sorte ?", s'indigne ainsi l'interprète de Grégory, évoquant par la même occasion le cas de son ancienne partenaire, Mallaury Nataf, qui, dans la première saison du feuilleton, interprétait Sandra Robert. Selon lui, cette dernière, devenue SDF, a été victime d'une surexposition médiatique qui l'a "traumatisée".

Dans son ouvrage, Frédéric Deban revient également sur le décès de Stéphane Slima, alias Alain Dulac. Si dans la série, les deux acteurs étaient rivaux, à la vie, ces derniers étaient proches. Avant sa disparition, le comédien explique d'ailleurs avoir "parlé avec Stéphane". "Il était épuisé moralement, mais aussi physiquement. Il me l'a dit. Le jour où j'ai appris son départ, mon coeur à cessé de battre durant quelques secondes, laissant place à un mélange de profonde tristesse mêlée à un violente colère", se souvient le comédien.

Mais ce nouveau livre, le second après J'aurais voulu être le fils de quelqu'un... Chronique d'un abandon, paru en 2013, est aussi l'occasion de revenir sur des anecdotes plus légères. Il s'épanche notamment sur sa relation avec Bénédicte Delmas, avec qui il était "fusionnel" ou encore avec Adeline Blondieau. "Je l'ai toujours trouvé très belle. Trop même (...). Si elle savait à quel point elle m'a fait fantasmer, elle serait morte de rire", raconte Frédéric Deban.

 
0 commentaire - Frédéric Deban : "Après Sous le soleil, on nous a enterrés vivants"
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]