Guillaume Canet : cette passion qui l'a aidé à arrêter la "came"

Chargement en cours
 Guillaume Canet lors de l'avant-première du film "Papa ou Maman 2" au cinéma Gaumont Alesia à Paris, le 5 décembre 2016.

Guillaume Canet lors de l'avant-première du film "Papa ou Maman 2" au cinéma Gaumont Alesia à Paris, le 5 décembre 2016.

1/3
© BestImage, Marc Ausset-Lacroix
A lire aussi

Hélène Demarly

Actuellement en pleine promo de son film "Rock'n Roll", qui sort le 15 février 2017, où il tient son propre rôle au côté de sa femme Marion Cotillard, le comédien de 43 ans s'est laissé aller à quelques confidences dans les pages du magazine Elle.

"Avant, j'étais vraiment rock'n'roll", raconte Guillaume Canet, qui s'amuse justement dans son nouveau long-métrage, de son image un peu trop lisse. "Il m'arrivait de ne dormir que quatre heures par nuit. Je fumais beaucoup de pétards. Depuis, je me suis calmé. Reprendre la compétition de haut niveau m'a beaucoup aidé", confie l'acteur également féru d'équitation, qui va jusqu'à révéler : "On peut dire que le cheval m'a sorti de la came !"

Le cheval, plus qu'une passion

Pour celui qui incarnait un champion de saut d'obstacles dans le film "Jappeloup", le cheval est une vraie passion mais aussi une sorte de thérapie, qui ne l'a pas seulement aidé à sortir de la drogue. En effet, après l'échec commercial et critique de "Blood Ties" - le thriller qu'il a réalisé aux États-Unis en 2013 -, le compagnon de Marion Cotillard a été victime d'un "dur et long burn out", comme il l'avait confié à Télérama en janvier dernier.

Dans les pages de Elle, il raconte qu'après ce bide, c'est le cheval qui une fois de plus l'a sauvé. "J'avais perdu mon désir de cinéma", confie-t-il. Et d'ajouter : "Du coup, j'ai repris ma licence de cavalier professionnel et j'ai recommencé les compétitions internationales à travers l'Europe. Je vivais dans mon camion, et cela m'a fait un bien fou." Après ce passage à vide d'un an, Guillaume Canet s'est remis en selle en se lançant dans la réalisation de son nouveau film "Rock'n Roll".

Mais si aujourd'hui l'acteur va mieux, il n'est pourtant pas encore tout à fait apaisé. Hyperactif, il a entamé une psychanalyse qui lui a permis de réaliser qu'il avait "peur de la mort". "C'est une angoisse que je ressens depuis que mon père est tombé malade lorsque j'étais gamin, et qui a décuplé le jour où mon fils est né. L'idée de le laisser sans père me fait vraiment flipper", conclut-il.

 
2 commentaires - Guillaume Canet : cette passion qui l'a aidé à arrêter la "came"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]