Isabelle Adjani : "Les politiques n'ont pas le bon lexique"

Chargement en cours
 Isabelle Adjani en marge du 63e Festival de Cannes, le 18 mai 2010.

Isabelle Adjani en marge du 63e Festival de Cannes, le 18 mai 2010.

1/2
© Abaca, Hahn-Nebinger-Orban
A lire aussi

Fabien Gallet

Alors qu'on la retrouvera bientôt à l'affiche du film dramatique "Carole Matthieu", Isabelle Adjani a accordé une interview au Journal du Dimanche, le 21 août 2016. L'occasion pour l'actrice de donner son avis sur la politique, Daesh ou encore la polémique autour du burkini.

À l'occasion de sa participation prochaine au Festival du Film Francophone d'Angoulême qui se tiendra du mardi 23 août au dimanche 28 août 2016, pendant lequel elle présentera "Carole Matthieu", nouveau film réalisé par Louis-Julien Petit, Isabelle Adjani s'est confiée dans les pages du JDD. Interrogée sur sa carrière comme sur des sujets d'actualité plus ou moins polémiques, la comédienne n'a pas joué les langues de bois, bien au contraire.

Une politique à pile ou face

Ainsi, lorsque le journal lui demande ce qu'elle pense de la politique actuelle, et notamment les discours des représentants de tous bords, c'est avec franchise qu'elle répond, n'hésitant pas à donner des exemples précis. "Les politiques n'ont pas le bon lexique, estime l'in­ter­prète de la Reine Margot. Quand j'entends dire : 'C'est la guerre' à propos de Daech... Non, c'est un groupe qui procède à des attaques criminelles, certainement pas un État. Cela revient à terroriser les gens, les radicaliser du côté du Front national", estime-t-elle.

Les mots ont donc un rôle majeur aux yeux de l'actrice de 61 ans. Raison pour laquelle elle rebondit sur les propos de François Hollande prononcés dans le livre "Conversations privées avec le président". Ce dernier y expliquait ne pas avoir "eu de bol" avec les chiffres du chômage. De quoi faire monter Isabelle Adjani au créneau. "Quand les engagements deviennent des promesses et les promesses des paris, invoquer le manque de chance pour un chef de l'État, c'est drôle, non ? Comment dire ? Au fond, la politique n'est peut-être plus une affaire sérieuse, se désole-t-elle. On joue, on gagne, on perd... en attendant la revanche. Je me méfie des marchands de bonheur comme des marchands de catastrophes". À ses yeux, ces derniers "ont la même recette : une potion qu'ils cherchent à nous faire avaler de gré ou de force, sans nous informer des effets secondaires".

Un avis tranché sur le burkini

Outre la politique, Isabelle Adjani a également son mot à dire sur l'un des sujets qui fait les gros titres depuis plusieurs semaines. "J'ai trouvé la polémique sur le burkini ridicule et dangereuse", confie-t-elle avant d'ajouter : "Je suis toujours mal à l'aise quand on veut imposer la liberté à coups d'interdits." L'actrice est donc résolument ferme concernant le port du burkini : "On ne peut refuser à des femmes d'aller à la plage à cause d'une tenue, même si celle-ci relève d'un néo-fondamentalisme archaïque, et peu à juste titre choquer."

 
18 commentaires - Isabelle Adjani : "Les politiques n'ont pas le bon lexique"
  • alsaco -

    Adjani a eu de beaux yeux, mais aujourd'hui ils ont vieilli et ressemblent à des burkini

  • droitecoll -

    les arabes fanent plus vite que les belles italiennes ,n'es pas Monica et oui l'autre de trouver qu'on en fait trop sur le burkini , sa haine lui provoque des rides

  • cachalo -

    Adjani quand on lit ce quelle pense des Français , elle est pour le burkini , he bien porte le et resteu tu es ton avis , on s en tape , comme de tes films , tes navets , , boycottons son film lors de la sortie a cette actrice , quii n a jamais casse 4 pates a un canard forcement , la ou tu resides gardee comme tu es , tu n est pas concernee par ce deguisement lol

  • ursoa -

    Pour faire court, elle a raison à 95%. Je me conserve 5% de petits désaccords.

  • GEGG11 -

    bien sûr tous les gens de gauche défendent le port du burkini mais elles vivent dans leurs villas et autres résidences "protégées" - alors que la France d'en bas, ELLE, est obligée de subir ces fantômes noirs qui déambulent dans nos rues pour nous provoquer - c'est facile de parler d'humanité quand on est protégée dans le bunker de la célébrité -

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]