Jamel Debbouze : "Retirer mon bras... non merci"

A lire aussi

Roxane Centola

Malgré les nombreuses critiques assassines qu'a reçu son film, Pourquoi j'ai pas mangé mon père, Jamel Debbouze continue de faire la promotion de son long-métrage sorti le 08 avril. Pour le personnage principal du film, Edouard, le comédien (réalisateur pour l'occasion) avoue avoir été inspiré par sa propre histoire et son handicap. En effet, le héros du film souffre d'un handicap à la main, comme l'interprète du singe.

Dans les pages du Parisien, Jamel Debbouze se confie avec sensibilité sur son accident, qui a bouleversé sa vie et son quotidien. À 15 ans, il a en effet été percuté par un train et a perdu l'usage d'un bras. Il raconte : "J'ai eu la chance extraordinaire de ne pas me rendre compte. Quand le médecin est venu et m'a appris que je ne pourrais plus bouger le bras, il avait des stylos dans sa poche. Je lui ai demandé de m'en prêter un et je me suis immédiatement mis à écrire de la main gauche. Sans réfléchir, j'ai pris ma douleur à crédit. J'ai fait ma rééducation durant presque deux ans dans un centre du 14e arrondissement, et j'ai vu des gens qui ne pouvaient s'exprimer qu'avec leurs paupières. Là, je me suis senti très bien, très en forme. J'étais heureux de vivre, je n'étais plus handicapé".

D'ailleurs, même après sa rééducation, Jamel Debbouze a toujours refusé d'avoir une prothèse : "Jamais de la vie ! En revanche, s'il y avait un bras bionique pour 40 euros, je prends ! Pour mettre une prothèse biomimétique, il faut être amputé, alors retirer mon bras... non merci. En revanche, s'ils libèrent les cellules souches, je serais curieux d'essayer. C'est assez incroyable comme avancée".

 
3 commentaires - Jamel Debbouze : "Retirer mon bras... non merci"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]