Jane Birkin culpabilise depuis la mort de sa fille

Jane Birkin culpabilise depuis la mort de sa fille

Jane Birkin lors de la remise des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres à Paris, le 21 février 2017.

A lire aussi

Fabien Gallet

La disparition dramatique de sa fille en 2013 a laissé à Jane Birkin de véritables stigmates. Une tragédie familiale dont elle se sent parfois coupable.

Actuellement en tournée pour présenter l'album "Birkin / Gainsbourg : Le symphonique" sorti en mars 2017, la plus anglaise des chanteuses francophones s'est confiée dans l'édition de juillet du magazine Marie Claire. L'occasion pour elle de revenir sur la mort de sa fille, Kate Barry, en décembre 2013. "Quand mon frère a perdu son fils, il parlait de lui tout le temps, et à l'époque je trouvais ça étrange. Maintenant, je comprends", explique Jane Birkin avant de poursuivre : "Au début, j'ai fait ça un peu mais je me suis dit que ce n'était pas bien, de balancer ce poids. Et qu'est-ce que les gens peuvent dire ?"

"Beaucoup de gens ont essayé de m'aider"

Trois ans ont passé et cette disparition la hante encore et toujours. "C'est tellement un choc, même physique", assure l'interprète de Je t'aime... moi non plus, qui admet ne pas avoir accepté les soutiens. "Beaucoup de gens ont essayé de m'aider, mais peut-être que je ne voulais pas", ajoute la mère de Charlotte Gainsbourg avant de révéler : "Il y a beaucoup de culpabilité, de : 'Si j'avais fait ci ou ça...'" Et de préciser, le coeur lourd : "Ça n'arrête pas, dès le réveil."

Aujourd'hui, Jane Birkin se nourrit des nombreux souvenirs de sa fille, laquelle vit encore, selon elle, grâce à ses photographies exposées aux quatre coins de la France. Quand à l'amour, la chanteuse ne l'oublie pas. Retomber amoureuse ? "J'aimerais tellement !", lance-t-elle.

 
8 commentaires - Jane Birkin culpabilise depuis la mort de sa fille
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]